Imprimer
Commentaires
La betterave d'hiver

Tout le monde serait gagnant

Publié le 22/01/2018 - 15:44

« Avec des dates de récolte similaires à celles d’aujourd’hui, la betterave d’hiver apporterait une hausse des rendements. » Martin Messerschmidt. © Ra3rn/Fotolia

La betterave sucrière relèvera-t-elle le défi de survivre à l’hiver ? C’est tout ce qu’on lui demande. Avec les avantages certains qu’elle octroierait à la filière, la betterave d’hiver pourrait être une mini-révolution pour une agriculture française en quête de compétitivité. Seulement, la génétique fait des siennes.

 

Verra-t-on un jour une betterave sucrière en terre au mois de janvier ? La question a fait couler beaucoup d’encre depuis 15 ans et fait perdre des cheveux à certains chercheurs. « Il n’y aura pas de betterave d’hiver sans OGM », me glissait-on à l’oreille lorsque j’ai sondé différentes entités. Si ces entités, notamment les semenciers, ne veulent pas témoigner sur le sujet, ce n’est pas par confidentialité. Seulement, associer le nom de son entreprise à l’abréviation qui hérisse la moustache du plus célèbre agriculteur altermondialiste, c’est prendre le risque de voir débarquer sur ses parcelles d’essais des faucheurs bornés et ignorant des tests effectués. Et c’est tout à fait compréhensible. Néanmoins, la recherche continue, notamment en Allemagne, et ceci à mille lieues de la modification génétique en laboratoire. 

La vernalisation, l’élément clé

Le semencier KWS travaille toujours sur la sélection de la betterave d’hiver dans ses laboratoires allemands, via les voies naturelles, avec deux axes de travail : « Nous travaillons toujours sur la tolérance au gel et sur l’extinction de la montée à graines, détaille Martin Messerschmidt, sélectionneur représentant l’ensemble de l’équipe de sélection betterave chez KWS. En France, la résistance au gel n’est pas aussi importante que dans les parties plus orientales de l’Europe comme en République Tchèque, en Pologne, etc. Des courtes périodes de gel n’affectent pas la betterave. Mais pour ces régions plus froides, nous avons identifié une large variation de la résistance au gel sur nos essais. Pour le marché français, le facteur le plus limitant aujourd’hui, c’est la montée à graines. Nous avons identifié les régions génomiques qui en sont responsables. Grâce à cela, nous pouvons rechercher des mutations très ciblées, qui se produisent fréquemment dans la nature, et qui créent les variations de montée à graines et de floraison. Dans ces génotypes identifiés, nous avons réussi à désactiver la vernalisation via une approche non OGM. Le challenge maintenant, c’est de l’activer sur ces variétés pour produire les semences. » 

À cela s’ajoutent d’autres défis pour le semencier allemand : « En parallèle, il faut trouver le moyen de contrôler les mauvaises herbes, ajoute Martin Messerschmidt. En cela, la technologie Conviso® Smart qui engendre une tolérance aux herbicides inhibiteurs de l’ALS est une excellente opportunité. Il faut aussi contrôler les maladies et ravageurs. Ceux qui sont déjà connus et les nouveaux venus, comme les maladies qui pourraient se développer en raison d’un rallongement de la durée des stades 6 à 8 feuilles durant l’automne et l’hiver. »

Des nouvelles maladies à étudier

Avec cette potentielle betterave d’hiver, le paysage français de la betterave sucrière serait chamboulé : « La date de semis se situerait entre fin août et la mi-septembre, poursuit Martin Messerschmidt. Avec des dates de récolte similaires à celles d’aujourd’hui, la betterave d’hiver apporterait une hausse des rendements, en raison d’une période de croissance plus longue et d’une meilleure valorisation de la lumière au début du printemps, de mars à mai. Si les dates de récolte étaient avancées, les rendements seraient similaires mais les sucreries pourraient travailler plus tôt dans la saison. Cela permettrait également de diminuer la pression des maladies, notamment de la cercosporiose, et d’éviter les plus grosses chaleurs. Enfin, la betterave d’hiver serait un bon moyen de lutter contre l’érosion des sols durant l’hiver et de limiter le lessivage de l’azote à cette période. » 

 

Bandeau FMC

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders