Imprimer
Commentaires
Recherche

Les racines ferment leurs vannes en sol inondé

Publié le 07/10/2016 - 10:10

Photo : Tony Campbell / Fotolia
Des chercheurs du CNRS et de l’Inra viennent de découvrir un mécanisme qui permet à la plante d’ajuster son statut hydrique et sa croissance en fonction des conditions d’inondation des sols. C’est ce qu’annonce un communiqué de presse de l’Inra.

Rappelons le rôle crucial des racines, qui prélèvent dans le sol l’eau et les nutriments nécessaires à la croissance et à la survie des plantes. Cette activité en sous-sol, qui mobilise de l’énergie, induit une respiration intense des racines. Celles-ci utilisent l’oxygène présent dans les cavités du sol. C’est pourquoi, lorsque le sol est inondé, le manque d’oxygène induit un stress des plantes. Les racines réduisent leur perméabilité à l’eau et, ironie du sort, les feuilles flétrissent !

Les travaux des chercheurs ont montré comment les racines modulent leur absorption de l’eau selon les teneurs en oxygène et en potassium du sol. Ces composés influent un gène, petit nom HCR1, qui contrôle la perméabilité à l’eau des racines : ce gène réduit l’entrée d’eau dans les racines quand l’oxygène fait défaut… mais à condition que le sol soit aussi pourvu en potassium. Celui-ci s’avère indispensable à la croissance des plantes une fois l’inondation passée.

Lorsqu’elle retrouve un sol oxygéné, sous l’action du gène, la plante réhydrate ses feuilles et croît davantage que si elle avait été précédemment privée de potassium.

Selon l’Inra, « l’identification d’un mécanisme reliant disponibilité en oxygène, teneur en minéraux et perméabilité à l’eau des racines est une avancée importante pour l’agronomie. Ce mécanisme représente une cible prometteuse pour de futurs travaux dans le domaine de l’amélioration des plantes. »

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders