Imprimer
Commentaires
Couverts associés au colza

Economisez entre 15 et 30 unités d’azote !

Publié le 03/10/2014 - 10:30

L’implantation des cultures est une phase clef de l’itinéraire cultural. Dans le contexte actuel, c’est même un enjeu fort technique, économique et environnemental. C’est donc naturellement le lieu de nombreuses innovations au champ ! Le colloque organisé par le Cetiom ce 25 septembre a permis un tour d’horizon des techniques innovantes, parmi lesquelles le colza associé… Retour sur les premiers enseignements.

Les essais menés entre 2011 et 2014 dans le Berry, en Lorraine et dans le Poitou-Charentes sont plus qu’encourageants. Les rendements sont identiques entre un colza fertilisé à la dose X et un colza fertilisé à la dose X-30 mais associé dès l’implantation à des couverts de légumineuses. Seule l’association avec le pois pénalise le rendement.

graphcetiom_couverts_asso_rdt-reduit.jpg

Les couverts fournissent entre 10 et 15 kg d’azote au colza au printemps. La réduction de dose peut donc être comprise entre 15 et 30 kg/ha selon les objectifs, indique Louis-Marie Allard, expert Cetiom.

À l’automne, le risque de compétition est limité grâce à des besoins de températures cumulées supérieurs pour le couvert. Le colza débute sa croissance active dès 400°C tandis que le couvert ne la débute qu’à partir de 500 à 700°C cumulés. Sur le reste du cycle, le choix de couverts gélifs annule le risque de compétition.

Pas de panique cependant en cas d’hiver doux, le couvert arrivé à maturité ne représente plus un gros risque de compétition à l’exception de la vesce qui peut alors nécessiter une intervention chimique, précise Louis-Marie Allard.

D’autres effets bénéfiques ont été notés. L’accumulation de biomasse contribue à limiter les dégâts du charançon du bourgeon terminal et à réduire les attaques d’altises.

Enfin, et c’est un atout de taille actuellement, cette association contribue à réduire le développement des adventices surtout lorsque celles-ci lèvent en décalé.

Pour tirer tous les avantages de cette technique, il faut privilégier des mélanges de légumineuses précoces et gélives, des semis précoces en conditions favorables à une levée rapide. L’idéal est de viser 1,5 kg de biomasse verte/m² en entrée d’hiver !, conclut Louis-Marie Allard.

 

Plus d’information sur l’implantation des cultures bientôt sur cultivar.fr et, bien sûr, dans les pages agronomie de votre magazine.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders