Imprimer
Commentaires
Implantation du colza

Le phosphore à localiser dans des cas précis

Publié le 16/05/2016 - 08:30

Les travaux de localisation du phosphore à proximité de la ligne de semis du colza ont fait l’objet de trois années d’essais à la fois dans le sud-ouest de la France pour des écartements entre rangs de plus de 40 cm et en Lorraine pour des écartements de types céréaliers. Terres Inovia a entrepris ces essais afin d’identifier s’il était possible d’améliorer l’efficacité du phosphore en le rapprochant des graines de colza, pour faire des économies, déplafonner le rendement de la culture ou encore assurer une meilleure croissance initiale des plantes qui pourrait leur permettre de mieux supporter les attaques des ravageurs, notamment des grosses altises, à l’automne.

L’efficacité de la localisation selon la largeur des interrangs semble être le fait de la répartition géographique des granulés d’engrais par rapport aux plantes. Crédit Photo : M. Lecourtier/Pixel Image

Luc Champolivier, chargé d’études nutrition, modélisation et télédétection au sein de Terres Inovia, affirme :

À l’issue de ces expérimentations, une conclusion s’impose dans toutes les situations que nous avons pu tester. À dose de phosphore égale entre les modalités où il a été localisé et celles où il a été épandu en plein puis incorporé, nous n’avons pas vu d’effet positif de la localisation sur le rendement maximal. La localisation ne permet pas un déplafonnement du rendement. Elle n’a pas non plus montré d’effet significatif et systématique sur la croissance des premiers stades de la culture.

Des effets significatifs à vrai dire, les modalités de localisation du phosphore avec des écartements de types céréaliers n’en ont pas du tout montré. Il n’y a pas non plus d’effet négatif ou de toxicité sur les jeunes plantules jusqu’à la dose maximale testée de 90 kg/ha.

Les modalités qui ont montré le plus de potentiel concernent la localisation du phosphore dans le cadre d’interrangs larges (plus de 40 cm) et pour des sols à faible teneur en P2O5 (moins de 50 ppm). Dans ces situations très exactement, Terres Inovia a mis en évidence une meilleure efficacité de l’engrais localisé par rapport aux apports en plein.

Dans son numéro de mai/juin 2016, Cultivar présente plus en détail les résultats des essais de localisation du phosphore au semis du colza. Des économies significatives peuvent être espérées pour les écartements entre rangs les plus larges.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders