Imprimer
Commentaires
Pulvérisation

Vérifier que la buse fait bien sa pulvérisation

Publié le 19/10/2021 - 11:28

M. Lecourtier/Média&Agriculture

Quelques grammes de plastique, de céramique ou d’acier inoxydable pèsent pour 15% de la réussite d’une intervention de protection des cultures. Les buses sont indispensables à la pulvérisation, or elles sont rarement traitées à leur juste valeur technique, alors que leur coût unitaire paraît dérisoire au regard du pulvérisateur qui les supporte.

"Une buse n’est pas éternelle, rappelle Richard Guillouet, directeur du Crodip, organisme spécialisé dans le contrôle des pulvérisateurs. Mais sa durée de vie dépend de nombreux facteurs : le nombre d’hectares, le volume de bouillie par hectare, la pression d’utilisation, la formulation des produits épandus et le matériau de fabrication des buses."

Trois matériaux existent sur le marché : les polymères, l’acier inoxydable et la céramique. Si cette dernière est réputée inusable, ou presque, ce n’est pas totalement vrai, et ce d’autant plus "que la bouillie a un passage préférentiel dans chaque buse, note Vincent Franquet, gérant d’Agri Conseil. Donc, une buse ne s’use pas de manière uniforme, ce qui nécessairement modifie la répartition, la taille et le nombre de gouttelettes formées." D’où l’importance de vérifier la qualité de pulvérisation régulièrement.

Toujours avoir du papier hydrosensible à disposition

Avant la moindre mesure, Sylvain Le Saout, responsable de la division buses agricoles pour Lechler France, invite chacun à "vérifier l’angle formé par les buses avec le matériel à l’arrêt, de l’eau claire et la pression habituelle de traitement". C’est le premier indicateur de "bonne santé" d’une buse.

Pour observer plus précisément la qualité de pulvérisation, rien de mieux que le papier hydrosensible, qui permet de mettre en évidence les impacts sur la cible. Il suffit d’en positionner plusieurs au sol sur la largeur de la rampe de pulvérisation et d’effectuer ensuite un passage à la vitesse, la pression et au volume de pulvérisation habituels, puis de dénombrer le nombre d’impacts et leurs tailles. Il existe des applications sur Smartphone, comme DropLeaf, pour faciliter cette tâche qui se révèle fastidieuse sinon.

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders