Imprimer
Commentaires
Ray-grass

Mieux le connaitre pour cibler la lutte

Publié le 04/09/2015 - 14:17

138700_oc.jpg
La biologie du ray-grass est connue : cette graminée peut lever toute l'année, mais principalement d'août à octobre et de février à mai. Elle est dotée d’une capacité de production de graines importante. Un pied de ray-grass peut en effet produire en moyenne de 300 à 1500 graines. Et comme le ray-grass a une faible dormance… il peut donc commencer à lever de manière importante dès la première année. En revanche, comme la majorité des graines d'adventices, la levée ne peut se faire que si la graine se trouve dans les 5 premiers centimètres avec une profondeur optimale de 1 à 2 cm. Le ray-grass présente un taux annuel de décroissance (TAD) assez élevé : 60 à 75% des graines perdent leur aptitude à germer au bout d’un an. Chaque année, le nombre de semences viables diminue proportionnellement à la valeur du TAD. Ainsi, 99% des graines produites cette année auront germé, ou seront devenues inaptes à la germination, au bout de 3 à 4 ans.

Ces données permettent de cibler la lutte

  • Le TAD assez élevé indique qu’en système non-labour réintroduire un labour occasionnel (tous les 3-4 ans maximum) est une solution en cas de grosses infestations ou d’échecs de traitement. Et que dans les systèmes avec labour tous les ans, diminuer la fréquence de la pratique permet un épuisement progressif de la viabilité des graines de ray-grass et évite de remonter chaque année par un labour des graines encore viables, selon les données communiquées par les chambres d’agriculture de Bourgogne. Dans les essais menés en Saône-et-Loire (Bourgogne), un labour occasionnel permet de diviser par 10 le nombre de ray-grass par rapport aux techniques culturales simplifiées.
  • Sa faible dormance implique que le ray-grass est sensible au faux semis, et au décalage des dates de semis. Sur les parcelles les plus sales, plusieurs faux-semis réalisés à 10-15 jours d’intervalle, toujours à la même profondeur ou de plus en plus superficiellement, permettent de faire germer un maximum de graines de ray-grass avant le semis des céréales. Retarder la date de semis de la céréale d’hiver permet d'esquiver une partie des levées et de pratiquer le faux semis. Des essais réalisés en Saône-et-Loire ont montré que le retard de 10 jours en octobre permet régulièrement de baisser les levées de ray-grass d'au moins 30%.
  • Les graines de ray-grass restent sur leur épi jusqu’à la moisson. Récolter en dernier les parcelles sales et nettoyer la moissonneuse après la moisson font partie des pistes pour limiter les contaminations entre parcelles.

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders