Imprimer
Commentaires
Recherche

Les adventices, des plantes vraiment utiles ?

Publié le 29/07/2020 - 10:07

Deux études du projet Disco-weed montrent l'intérêt de préserver des adventices situées entre la bordure de parcelle et le premier rang de culture.

Les adventices auraient un rôle majeur à jouer dans les cultures. C’est ce que révèlent deux études issues du projet Disco-weed¹. À partir de données récoltées sur 184 parcelles cultivées dans le laboratoire à ciel ouvert de la Zone Atelier Plaine & Val de Sèvre, la première étude a montré que la diversité des plantes adventices, et en particulier les espèces rares, contribuait à la fourniture simultanée de plusieurs fonctions écologiques. Les plantes adventices favorisent ainsi le contrôle des ravageurs des cultures, la fertilité du sol et des fonctions associées aux cycles du carbone, de l’azote et du phosphore, la pollinisation et le nombre d’espèces d’abeilles sauvages (un indicateur de la biodiversité). La seconde étude visait à comprendre les mécanismes à l’origine du maintien de la diversité des plantes adventices dans les parcelles agricoles.

L’équipe de chercheurs de la Zone Atelier Plaine & Val de Sèvre a étudié la flore adventice dans 444 parcelles cultivées. Elle a ainsi montré que la diversité des adventices est plus importante dans les zones « d’interfaces », situées entre la bordure de parcelle et le premier rang de culture. L’étude révèle surtout qu’en plus de leur rôle de refuge pour la diversité de la flore adventice, ces zones non cultivées agissent comme des « corridors » (milieux reliant fonctionnellement entre eux des habitats vitaux pour une espèce) entre les différentes parcelles d’un paysage agricole. Et lorsqu’une plus grande proportion d’agriculture biologique existe dans le paysage, elle augmente la diversité de plantes adventices dans ces zones d’interfaces, en particulier dans les parcelles en céréales d’hiver.

Suite à ces résultats, Sabrina Gaba, chercheuse à l’Inrae, auteure des deux publications et porteuse du projet Disco-Weed, met en évidence l’importance de

conserver ces zones d’interfaces, de favoriser des paysages agricoles diversifiés, incluant des parcelles en agriculture biologique, pour assurer une plus grande diversité de plantes adventices dans les parcelles agricoles et ainsi la fourniture de multiples fonctions écologiques.

(1) Le projet de recherche Disco-Weed a été financé par la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) et réalisé dans son Centre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité (Cesab), en partenariat avec Inrae, le CNRS, les universités de La Rochelle et de Lorraine, le ministère de l’Écologie et l’Agence nationale de la recherche.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders