Imprimer
Commentaires
HERO-CROPS - SUIVI D'ITINÉRAIRE INNOVANT

Il associe son colza à des plantes compagnes pérennes et gélives

Publié le 04/09/2020 - 11:30

 

Exploitant en Haute-Marne, Mickaël Masselot fertilise au semis son colza et l’associe à diverses espèces de plantes compagnes gélives ou pérennes. 

« Je développe l’agriculture de conservation des sols (ACS) sur mon exploitation depuis sept ans. Ce système de production m’a orienté vers la pratique du colza associé à des plantes compagnes, explique Mickaël Masselot, exploitant à Dommartin-Le-Franc, en Haute-Marne. Lorsque j’ai commencé cette technique, j’ai associé uniquement la féverole au colza. Par la suite, j’ai complexifié l’association en semant des mélanges de sarrasin, de lin, de féverole, de tournesol et de trèfle blanc nain."

Selon les années et la parcelle, le trèfle blanc nain est semé soit simultanément au colza et aux autres plantes associées, soit un peu plus tard à la volée après l’application d’un herbicide post-semis. C’est une culture sensible à la profondeur de semis. Le mélange à d’autres espèces n’est pas toujours favorable à sa levée.

L’agriculteur est satisfait de la technique. « Elle favorise la structure du sol. De plus, les plantes compagnes perturbent l’activité des insectes ravageurs. Je n’applique plus d’insecticide contre le charançon du bourgeon terminal à l’automne. Les légumineuses apportent de l’azote et permettent une couverture du sol, limitant mes intrants herbicides. Le sarrasin est aussi une espèce intéressante car elle nécessite peu d’eau et favorise l’extraction du phosphore du sol. Sa floraison précoce est bénéfique pour les pollinisateurs qui disposent ainsi de réserves de pollen pour l’hiver », car le semis du colza est réalisé au début du mois d’août.

Itinéraire cultural du colza au fil de la campagne 2020-2021

Le 14/07/2020 : Récolte du blé dont le rendement atteint 63 q/ha. La paille est broyée et restituée au sol.

 

Le 20/07/2020 : Épandage de 12 t/ha de fumier de bovins allaitants et de 4,5 t/ha de compost (mélange de lisier de porc et de fumier de volaille) contenant 2 % d'azote et autant de phosphore et de potasse.

 

Le 21/07/2020 : Passage d'une herse à paille afin de répartir de manière homogène sur la parcelle à la fois la paille broyée et les amendements organiques apportés. Le hersage est effectuer à 15 km/h en diagonale du sens de récolte et de semis pour une meilleure répartition de la paille sur la parcelle.

 

Le 11/08/2020 : Triage des futures plantes compagnes du colza et préparation du mélange. Les féveroles proviennent du colza associé récolté en 2020 en raison des conditions hivernales clém

Pour mélanger ses plantes compagnes, Mickaël Masselot les transfère plusieurs fois d'un caisson à un autre. Crédit photo : Mickaël Masselot
entes n'ayant pas permis sa destruction en sortie d'hiver. Après la récolte, l'agriculteur a effectué un tri des semences et a conservé la féverole. La semence de lin est achetée à un producteur. Les semences de tournesol et de sarrasin proviennent de semences fermières de collègues. Le tri des semences est effectué à l'aide d'une station de semences appartenant au GIEE Sol-Union auquel adhère l'agriculteur. Pour effectuer le mélange, Mickaël Masselot transfère successivement les graines d'un caisson à un autre. Pour la campagne à venir, le mélange de plantes compagnes se compose de 30 kg/ha de féverole, 0,5 kg/ha de tournesol , 1 kg/ha de lin et 5 kg/ha de sarrasin. En tout et pour tout, "le tri des semences et leur mélange m'a demandé une heure de travail pour préparer environ deux tonnes de mélange en prévision des 40 ha à semer", souligne-t-il.

 

Les 12 et 13/08/2020 : Semis du colza, des plantes compagnes et de la fertilisation localisée en un seul passage. Le colza est semé à 45 grains/m². Ces 45 grains comprennent un mélan

Semis de colza en direct sur chaume avec un semoir Amazone Condor de 15 mètres de largeur. Crédit Photo : Mickaël Masselot
ge constitué à 50 % de deux variétés hybrides (LG Amplitude et ES Capello) à part égale et à 50 % d'une variété lignée en semence de ferme (Picto). L'implantation est réalisée à 3 cm de profondeur à une vitesse de 6,5 km/h avec un semoir Amazone Condor d'une largeur de 15 m. La fertilisation localisée au semis se compose 70 kg/ha d'un engrais azoté soufré (12-27-0-25). Une première partie de la parcelle est semée le 12/08/2020. Le reste est semé le lendemain après une averse de 12 mm. Avant le semis du colza, les conditions étaient séchantes et le manque de pluie se ressent.

 

Le 18/08/2020 : Pulvérisation insecticide avec 0,05 l/ha de Karaté Zéon. L'intervention est effectuée à une vitesse de 15 km/h avec un volume de bouillie de 60 l/ha. Si les quelques cotylédons déjà émergents ne sont pas infestés d'altises, ce premier insecticide vise à contrôler le plus tôt possible ce ravageur. Depuis le semis, la parcelle a reçu 10 mm de pluie en plusieurs averses.

 

Le stade du colza est compris entre 2 et 4 feuilles au premier septembre. Crédit Photo : Mickaël Masselot
Le 01/09/2020 : Le développement du colza est très hétérogène. De nombreuses zones de la parcelle ne sont pas encore levées. Là où le colza est bien levé, le stade de la culture oscille entre 2 et 4 feuilles. Mickaël Masselot note : "La partie de la parcelle semée avant la pluie paraît mieux levée. A ce jour, aucune intervention herbicide n'a été réalisée car les repousses de blé peinent à lever !"

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders