Imprimer
Commentaires
Réglementation

Faudra-t-il se passer du glyphosate ?

Publié le 11/03/2016 - 13:13

L’autorisation du glyphosate au niveau européen doit être renouvelée d’ici le mois de juin pour que sa commercialisation puisse être prolongée dans l’UE. Un vote en ce sens devait avoir lieu en début de semaine mais a été reporté. Mauvais présage pour le glyphosate ?

Faudra-t-il se passer du glyphosate ? © L. Theeten/Pixel Image

Les directives européennes sur les phytosanitaires exigent que les autorisations des substances actives soient réexaminées au moins tous les dix ans. C’est ce processus très cadré que suit depuis déjà quatre ans le glyphosate pour espérer un renouvellement de son autorisation au-delà de juin 2016.

En novembre dernier, l’Efsa, l’Autorité européenne de sécurité des aliments a produit un rapport allant plutôt dans le sens d’une réapprobation du glyphosate. Il concluait en effet qu’il est improbable que le glyphosate présente un danger cancérogène pour l’homme tout en proposant cependant quelques mesures de sécurité supplémentaires pour renforcer le contrôle des résidus de glyphosate dans l’alimentation. Dans le processus réglementaire, les conclusions du rapport de l’Efsa sont utilisées par la Commission européenne et par les États membres pour décider du renouvellement ou non de l’autorisation du glyphosate.

Mais ces conclusions ont fait fortement réagir certaines ONG qui leur reprochaient de ne pas être cohérentes avec les conclusions présentées quelques mois plus tôt par le Circ, Centre international de recherche sur le cancer, qui classe le glyphosate comme un cancérogène probable pour l’homme. Le Circ est une agence de l’OMS, Organisation mondiale de la santé. L’ONG Avaaz se félicite même d’avoir recueilli 1,4 million de signatures à sa pétition en faveur de l’interdiction du glyphosate. Dans la foulée, plusieurs États Membres dont la France ont émis des réserves. L’Efsa avait pour sa part indiqué dans son rapport que « l’évaluation a pris en compte une vaste quantité d’éléments, y compris un certain nombre d’études non évaluées par le Circ, ce qui explique en partie pourquoi les deux évaluations ont abouti à des conclusions différentes ».

Vote reporté

C’est dans ce contexte tendu que devait se tenir le vote sur la réapprobation du glyphosate les 7 et 8 mars à Bruxelles. Mais il a finalement été reporté. Une telle décision doit normalement être validée à la majorité qualifiée : 55% des États Membres et 65% de la population de l’Union européenne.

Dans un communiqué, le groupe de travail sur le glyphosate (GTF) qui représente les entreprises concernées par cette substance active reconnait l’importance des discussions entre la Commission européenne et les États Membres. Il espère toutefois que ce processus avancera dans les semaines à venir et qu’un vote aura lieu « en temps utile », c’est-à-dire avant le mois de juin 2016. Son président Richard Garnett rappelle que plus de 3200 publications ont été prises en compte dans l’évaluation européenne.

De son côté, l’ONG Greenpeace considère dans un communiqué que « l’herbicide a perdu la première manche » et qu’il faut attendre les résultats d’une étude « plus globale » menée par l’Agence européenne des produits chimiques (Echa) et qui devrait être finalisée d’ici fin 2017…

Les futurs débats s’annoncent houleux.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders