Imprimer
Commentaires
Chimie verte

Faire du gras avec des résidus de tournesol et de colza

Publié le 29/10/2015 - 11:51

Les produits issus du pétrole ont de moins en moins la côte tandis que les matières premières renouvelables prennent leur essor. C’est là que la biomasse végétale intervient. L’action de micro-organismes sur la biomasse ligno-cellulosique notamment permet d’obtenir des lipides d’intérêt pour produire des biocarburants et autres produits de la « chimie verte ».

C’est dans ce contexte porteur que des chercheurs de l’Inra, d’AgroParisTech et du CNRS ont exploré le potentiel des résidus agricoles pour produire des lipides d’intérêt, grâce à l’action d’une bactérie portant le doux petit nom de Streptomyces lividans.

Ils se sont ainsi intéressés aux tiges de tournesol et aux pailles de colza. Les scientifiques ont mis en évidence qu’elles présentent un taux moyen de lignine peu élevé (17%), proche de celui du maïs, et donc structurellement facile à convertir en molécules d’intérêt. Tiges de tournesol et pailles de colza renferment aussi toutes deux en moyenne 32% de cellulose et 16% d’hémicelluloses, des caractéristiques qui positionnent ces résidus comme des substrats potentiellement intéressants pour les filières de bioconversion.

Ce travail, qui ouvre de nouvelles perspectives pour la valorisation de coproduits agricoles, doit encore être poursuivi pour étudier la faisabilité du procédé à plus grande échelle. D’ici là, la restitution des résidus au sol continuera à montrer tout son intérêt dans la constitution des matières organiques, une richesse indéniable pour les sols.

Colza. © C. Milou/Pixel Image

 

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders