Imprimer
Commentaires
Tassement du sol

Des outils simples de diagnostic du sol à associer

Publié le 27/09/2018 - 12:01

Démonstration de l'utilisation d'une tige pénétrométrique lors du colloque de restitution du projet Sol-D'Phy
« 65% des agriculteurs annoncent ne constater que rarement des tassements dans leurs parcelles, et en même temps 45% d’entre eux n’observent que rarement ou occasionnellement l’état structural », pouvait-on apprendre lors du colloque de clôture du projet Sol-D’Phy « Comment diagnostiquer et lutter contre les tassements » qui a eu lieu le 11 septembre 2018 à Villequier-Aumont dans l’Aisne, suite à un diagnostic régional effectué par Agro-Transfert RT dans les Hauts de France. Et la plupart de ceux qui disent le faire ne font qu’une « observation de l’état de surface du sol pour juger de l’état structural. De fait, il y a sous-estimation par les agriculteurs des tassements, et en particulier en profondeur. D’ailleurs, un tiers des profils réalisés en systèmes spécialisés et betteraviers montraient des tassements dans l’horizon pédologique (jamais travaillé). »

Pour leur défense, il existait jusqu’à présent peu d’outils simples pour le diagnostic des tassements profonds et pour apprécier le risque d’un chantier préalablement à sa mise en œuvre. Le projet Sol-D’Phy a permis de développer des outils de diagnostic simplifié des tassements… pour une prise de conscience dans un premier temps et pour adapter les itinéraires de travail du sol ensuite. Trois outils sont aujourd’hui disponibles : la tige pénétrométrique, le test bêche et le mini-profil 3D.

Chaque méthode de diagnostic de la structure du sol apporte des informations sur l’état structural du sol, mais aucune d’elle ne permet un diagnostic complet. Il est donc utile de connaître le champ d’action de chacune pour être en mesure de les coupler le plus efficacement possible afin de définir au mieux l’état du sol en vue de futures implantations. Les résultats permettront de définir la profondeur du travail nécessaire en interculture.

Trois outils complémentaires

Description des trois outils disponibles et de leur limite d’utilisation :

• La tige pénétrométrique permet de ressentir les différences de résistance du sol à l’enfoncement d’une tige sur 40 à 80 cm de profondeur. Il s’agit sans doute de la mesure la plus facile à réaliser, mais qui reste la plus difficile à interpréter en l’état car elle ne préjuge en rien de la porosité verticale en profondeur. L’utilisation d’un pénétromètre quand le sol est humide – proche de la capacité au champ en fin d’automne ou début de printemps – reste néanmoins le premier réflexe à avoir pour détecter un problème de tassement en profondeur et identifier le diagnostic complémentaire à réaliser. La fabrication artisanale d’un pénétromètre avec une tige d’un mètre de long et d'un centimètre de diamètre en inox suffit à se faire une idée de l’intensité des tassements potentiels.

Le mini-profil 3D donne à observer le sol selon une double partition (verticale/latérale), permet de repérer au couteau les horizons, d'évaluer la structure, l’enracinement, l’activité biologique, l’évolution des résidus. Il a l’avantage par rapport au profil cultural d’accentuer les discontinuités du profil et ainsi de faciliter son interprétation et donc la compréhension du sol.

Le test bêche de structure et action des vers de terre consiste à prélever des blocs de sol d’environ 20 x 20 x 30 cm, à les émietter manuellement puis à attribuer une note de structure de 1 à 5, voire évaluer la bioturbation. Elle permet un diagnostic rapide de la structure des vingt-cinq premiers centimètres du sol

Pour retrouver l'intégralité des sorties du projet Sol-D'Phy, cliquez ici.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders