Imprimer
Commentaires
Colza

Accompagner le colza par une fertilisation au semis et durant l’automne

Publié le 03/08/2020 - 10:25

Rien de tel qu’un colza robuste pour se prémunir des aléas de la culture durant l’automne. Pour ce faire, une implantation précoce et une bonne fertilisation à l’automne sont des gages de réussite. C’est le message que tente de faire passer Antonio Pereira aux agriculteurs qu’il accompagne.

Un colza robuste en entrée d’hiver est moins sensible aux larves de grosses altises et a donc plus de chance d’exprimer son potentiel au printemps suivant. © Mathieu Lecourtier/Média&Agriculture

 

Pour qu’un colza soit robuste, il doit trouver tout ce dont il a besoin dans le sol. Ce qui implique dans un premier temps une fertilisation localisée au semis pour assurer à la culture un effet starter. C’est pourquoi je préconise de localiser 70 kg/ha de 12/27/0/25 au semis pour un écartement de 12,5 cm entre rang. À 25 cm d’écartement, je propose de réduire la dose à 50 kg/ha. Ensuite, les plantes doivent trouver tous les éléments nécessaires pour leur permettre une pousse active durant tout l’automne. La fourniture du sol en azote, phosphore, potasse et oligo-éléments, notamment le bore, est essentielle. Cela peut se matérialiser sous forme d’apport organique avant le semis. À cette période de l’année, si on bénéficie d’orages, les éléments contenus dans l’apport organique, même les fumiers de bovins, peuvent être bénéfiques à la culture. Dans tous les cas, il est indispensable que la culture ne « marque » pas d’arrêt de croissance.

Une fertilisation minérale du colza après le 31 août

Dès que l’on observe une faim d’azote – feuilles de colza qui rougissent –, il est utile de soutenir la croissance de la culture par un apport minéral. Deux problèmes se posent alors : les conditions météorologiques, car il faut un minimum d’eau pour que l’apport soit valorisé, et la réglementation. Aujourd’hui en zones vulnérables, il est interdit de réaliser un apport minéral après le 31 août. Or, des essais ont montré que des colzas robustes bien nourris durant l’automne sont moins habités par les larves de grosses altises que des colzas ayant reçu une protection insecticide. De plus, il est à noter que les apports d’azote réalisés à l’automne sont à déduire de ceux effectués au printemps. Ces apports automnaux restent toutefois modérés. Il ne faut pas dépasser 30 kg/ha d’azote par passage.

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders