Imprimer
Commentaires
Agriculture de conservation des sols

Un nouveau label « Au cœur des sols » pour les agriculteurs engagés en agriculture de conservation des sols

Publié le 03/02/2020 - 16:31

Lancement du label Au Coeur des sols par l'Apad, pour la reconnaissance de l'agriculture de conservation

L’Apad, l’Association pour la promotion d’une agriculture durable, annonce, par la voix de son président, François Mandin, le lancement du label « Au cœur des sols ». Un label porté et construit par les agriculteurs eux-mêmes. Cette démarche a reçu l’appui du ministère de l’Agriculture.

« Le référentiel a été pensé par les agriculteurs. Il vise à faire reconnaître les 3 principes de l’agriculture de conservation: l’abandon du travail du sol, la couverture permanente des sols ainsi que la rotation et diversification des cultures sur l’exploitation », résume le président François Mandin avant de poursuivre « ce sont bien les fermes qui sont labellisées. Les agriculteurs s’engagent par ailleurs dans une démarche de progrès continu, par le partage, la formation et le pilotage en groupe d’indicateurs de suivi et de résultats. Nous n’avons pas la prétention d’emmener tous les agriculteurs, mais nous avons la prétention d’allumer la mèche ». D’ores et déjà une soixantaine d’exploitations sont labellisées, 120 autres sont en cours et l’objectif visé par l’association est de 5000 exploitations en 2025 voire 10000 en 2030.

La contribution positive de l’ACS

À l’occasion de la présentation de ce nouveau label, Jean-Pierre Sarthou, chercheur à l’Inrae-Ensat, a rappelé en quelques chiffres la contribution positive de l’ACS aux services écosystémiques. « L’ACS permet de lutter contre le réchauffement climatique, car elle permet de stocker jusqu’à 400% de carbone en plus dans les sols, de diminuer de 10 à 50% les émissions de GES et de réduire de 60% la consommation de carburant. Elle permet aussi d’augmenter la diversité des écosystèmes et de limiter l’érosion hydrique par une meilleure utilisation des ressources, tout en limitant l’évaporation. Enfin, si zéro herbicide est encore une utopie, l’ACS permet de réduire globalement l’utilisation des produits phytosanitaires. »

Pour François Mandin, ce nouveau label peut et doit faire écho auprès des acteurs économiques, politiques et des citoyens. Il démontre que l’agriculture peut évoluer et qu’elle le fait dans le bon sens. C’est aussi ce que montre l’étude réalisée par Olivier Mevel, maître de conférences en sciences et gestion à l’université de Bretagne occidentale à Brest.

Les citoyens sont des amoureux éconduits par leur agriculture

En effet, l’Apad a commandité une enquête à l’universitaire afin de faire un état des lieux sur la perception qu’ont les citoyens de l’agriculture française et quelles sont leurs attentes. Premier enseignement, l’agriculture française est globalement mal perçue, puisque 42% des personnes interrogées considèrent l’agriculture française comme intensive et néfaste à l’environnement, seulement 8% des personnes interrogées accordent une confiance absolue aux agriculteurs !

Mais il y a des motifs d’espoir. « Les Français sont de façon très majoritaire (85,3%) prêts à soutenir les efforts de préservation de l’environnement engagés par les agriculteurs », précise Olivier Mevel. Par ailleurs, deux tiers des personnes interrogées ne connaissent pas d’autres formes d’agriculture qui prennent en compte l’environnement, autre que l’agriculture biologique. « Même s’ils ne connaissent pas l’agriculture de conservation des sols, à une large majorité, après explication, ils se disent prêts à lui accorder une note d’intérêt de 8/10 ! » Olivier Mevel résume les choses de la manière suivante: « Pour l’heure, les Français attendent que les agriculteurs passent à la barre, mais dans le fond, ce sont des amoureux éconduits par leur agriculture, si elle est plus vertueuse, ils sont prêts à se rejeter dans ses bras ». Faut-il y voir l’ACS comme un antidote, un motif de réconciliation, les sondés disent oui à 62% et ils sont même prêts à payer de 5 à 10% plus cher leurs produits !

De quoi donner de belles perspectives à ce tout nouveau label. L’Apad vous donne rendez-vous au SIA, le mardi 25 février pour une conférence « Au cœur des sols » à 14h (salles 724/725/726) et sur leur stand pendant toute la durée du Salon (hall 4 stand C013).

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders