Imprimer
Commentaires
Blé dur

Un bilan mondial qui reste étroit

Publié le 15/11/2016 - 11:00

L’élément marqueur de cette année sera la récolte de blé dur du Canada, premier pays producteur mondial de blé dur. En effet, la récolte qui n’est pas totalement terminée est attendue comme record en termes de volumes mais avec des problèmes qualitatifs certains, indique FranceAgriMer à l’issue du conseil spécialisé de la filière céréalière du 10 novembre 2016.

Blé dur : un bilan mondial qui reste étroit. © Oocoskun/Fotolia

 

Avec un volume de production attendu à 7,3 millions de tonnes, la production canadienne est en hausse de 36% par rapport à la campagne précédente. Une forte hausse justifiée par une hausse des surfaces de 4% et une hausse des rendements de 30% à 30 q/ha.

Cependant, des accidents climatiques ont compromis la qualité des récoltes, d’abord des épisodes pluvieux en août et des précipitations de neige la première quinzaine d’octobre ont interrompu les récoltes. Le taux de protéines est attendu en forte baisse, à savoir inférieur à 15% alors qu’il était à plus de 16% en 2015, par ailleurs il faut noter la forte présence de fusariose.

Pour la campagne de commercialisation 2016/2017, les volumes à l’export de blé dur canadien sont attendus en hausse (+800000 tonnes) et le stock final de report attendu en forte hausse aussi à 2,2 millions de tonnes (contre 1,1 Mt pour la campagne précédente).

Du côté des autres grands pays producteurs, une hausse de production est aussi d’actualité :  2,8 Mt aux USA (contre 2,3 Mt), 2,5 Mt au Mexique contre 2,3 Mt en 2015. 

production_mondiale_de_ble_dur_en_2016.jpg

Source: FranceAgriMer

 

Hausse des importations du Maghreb

En Europe, à l’exception de la France, les volumes produits sont aussi en hausse de 12%, principalement en Italie. Mais il est à noter que l’Italie consomme la quasi-totalité des volumes produits.

Cependant les pays de Maghreb, Maroc et Algérie ainsi que la Turquie enregistrent un recul de leur production, lié à la sécheresse. Les volumes importés seront par conséquent supérieurs aux campagnes précédentes.

Pour FranceAgriMer, la conjoncture est favorable à une hausse des emblavements, dans un marché mondial qui reste étroit, « d’autant que les prix de blés de qualité pastière se raffermissent », note FranceAgriMer et que la différence de prix entre le blé tendre et le blé dur joue en faveur du blé dur. Mais il faut toutefois noter que, pour la deuxième année consécutive, la production mondiale dépasse la consommation, on est loin de la situation de 2014 quand bien même le marché mondial reste étroit.

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders