Imprimer
(1)
Tour de plaine international : Royaume-Uni

« Toutes mes excuses pour le Brexit »

Publié le 02/08/2016 - 15:09

William Jackson est céréalier à la frontière entre l'Angleterre et l'Écosse. Photo : William Jackson
Ma famille et moi-même sommes vraiment tristes du choix des Anglais de vouloir quitter l’UE. Les raisons qui justifient leur choix sont multiples et le nouveau gouvernement va devoir réconcilier et construire avec ces opinions et motivations parfois contradictoires.

Le plus surprenant est le nombre d’agriculteurs qui ont voté pour le Brexit. Pour les uns, c’est tellement plus facile de s’en prendre à Bruxelles pour sa paperasserie que de prendre conscience des avantages qu’ils tirent et ont tiré de la Pac.

D’autres estiment que sortir de l’UE va les rendre plus compétitifs que leurs voisins. Pour le moment, nous tirons profit de la situation, accès au marché européen et une livre plus faible qui permet d’augmenter les prix payés aux producteurs. Je suis incapable de prédire l’avenir, mais me concernant, vivant à la frontière de l’Écosse, j’ai des intérêts agricoles dans les 2 régions et ce serait très contrariant si le Brexit aboutissait à une scission de l’Écosse avec l’Angleterre. D’une manière générale, ces divisions et ces choix sont inquiétants à l’heure où les partis populistes gagnent du terrain aux 4 coins de la planète. 

Un potentiel préservé

Concernant les cultures, nous avons eu jusqu’à la troisième semaine de mai un temps frais et sec et les cultures ont commencé à montrer des signes de stress hydrique, notamment les cultures de printemps. De fin mai à début juillet, il est tombé plus de 150 mm, soit 22% des précipitations annuelles sur la région. Cependant, la croissance végétative a été importante grâce à un niveau d’ensoleillement satisfaisant. Nous avons réussi à intervenir pour contrôler le développement des maladies. Dans le nord de l’Écosse, si le temps reste correct, le potentiel est bon, même si nous ne ferons pas les records de rendements de 2014 et 2015. Nous devrions commencer la récolte d’orge d’hiver début août et celle de blé à la fin du mois.

 

Commentaires

Pas lieu de s'excuser, la PAC n'est pas une panacée, tous nos paysans sont entrain de crever...Après une année inédite plus de 50% des paysans vont se retrouver en grandes difficultés...Ce ne sont pas les mesurettes annoncées par le fol que les exploitations vont trouver l'équilibre...

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders