Imprimer
Commentaires
Communication

« S’inspirer de ceux qui vous veulent du mal »

Publié le 23/09/2019 - 17:21

« Il faut s’inspirer des gens qui ne vous veulent pas du bien et qui fournissent, eux, des informations très packagées », spécifie Emmanuelle Ducros.

"Un journaliste est par essence paresseux, ironise Emmanuelle Ducros, journaliste de L’Opinion, lors de la conférence "agriculture française et européenne en révolution" organisée par Vivescia lors de la dernière foire de Châlons-en-Champagne. Il faut donc lui mâcher le travail… Or, les journalistes – grand public – et le monde agricole ne parlent pas toujours le même langage. Il va donc falloir en trouver un commun qui soit un peu plus complexe et nuancé que ce qu’il peut être actuellement. Le monde agricole n’intervient qu’en réaction aux attaques qu’il peut subir dans les médias. Et cela part dans tous les sens. Il n’existe pas à ce jour de « société civile agricole » capable d’y répondre efficacement. Or, c’est indispensable. Et en plus de répondre aux attaques des ONG environementalistes, il est question d’occuper le terrain. Il faut s’inspirer des gens qui ne vous veulent pas du bien et qui fournissent, eux, des informations très packagées. Il existe un certain nombre d’idées autour de l’agriculture qu’il serait bon de populariser. »

Emmanuelle Ducros, qui a commencé à travailler réellement sur les sujets de l’agriculture et de l’alimentation il y a à peine cinq ans, estime l’agribashing actuel comme le reflet de l’état d’esprit ambiant. Pour elle, "la population française a dans l’idée que la nature est bonne et qu’elle lui veut nécessairement du bien. C’est une stratégie alimentaire risquée, mais qui est celle de la population… De plus, nous avons du mal en France à considérer les agriculteurs comme des chefs d’entreprise". Deux points qui peuvent donc facilement créer une défiance envers les producteurs français. Et ce d’autant plus qu’il ne reste pas grand monde au sein de la population qui connaisse la manière dont est produite sa nourriture. Et pourtant chacun croit savoir ce qui est bon pour notre agriculture française. La journaliste de L’Opinion prend l’exemple de la taille des exploitations qui est un sujet de polémique récurrent en France alors qu’il n’en est pas un dans d'autres pays.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders