Imprimer
Commentaires
Record semis monograine

Semer 502 hectares de maïs en 24h : et après ?

Publié le 12/09/2017 - 10:03

Semer 502 hectares de maïs en 24h : et après ?

Semer plus de 500 hectares en 24 heures. C’est le record du monde qu’a battu Väderstad en ce début d’année. Si personne ne contestait le côté impressionnant du record, des questions existaient sur la qualité d’implantation qui pouvait résulter d’un tel exercice. Pour lever les doutes, le constructeur suédois nous a invités en Hongrie en exclusivité, 2 mois après la levée !

Väderstad a voulu entretenir le suspense au maximum. Avant d’aller voir la parcelle, le PDG suédois Crister Stark a voulu présenter les données chiffrées, récoltées tout au long de la levée. István Bognár, chef de l’équipe de mesure, explique la méthode : « Nous étions trois ingénieurs en mécanique agricole et huit étudiants chargés de collecter les données. Sur les 502,05 ha semés, nous avons mesuré 6808 placements de graine. À chaque fois, la distance entre 2 graines et la profondeur ont été relevées. Les chiffres sont aussi bons que sur les machines qui ne dépassent pas 8-9 km/h au semis. Sauf que là, le semoir avançait entre 20 et 22 km/h ! »

Les multiples mesures avaient pour but de mesurer la dispersion qui est l'étendue qu'ont pris les différentes valeurs mesurées, ici la profondeur et l’espacement inter-grain. Cette dispersion est exprimée par le coefficient de variation qui est considéré excellent sous 20% et très bon entre 20 et 30%. Voici le verdict pour le placement des grains du record :

« Le coefficient de variation pour la profondeur est de 8,9%, explique István Bognár, chef de l’équipe de mesure. La profondeur voulue de 6 cm a varié de +/- 0,5 cm. Pour l’espacement, le coefficient de variation est de 24,3%. Sur les plus de 6800 mesures, nous avons repéré 24 doubles et 82 manques. En réalité, seuls 16 étaient des vrais manques. Les 66 autres étaient des grains non germés. Le meilleur coefficient de variation mesuré était de 12,5%, on frise l’excellence. Nous avons remarqué des différences entre les deux parcelles. La première était semée sur précédent blé après un passage de cultivateur. La deuxième était sur un précédent maïs avec un labour. Cette dernière a montré des variations plus importantes. »

 

Lire l'intégralité de l'article, découvrez les coulisses du record dans Cultivar de septembre 2017. 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders