Imprimer
Commentaires
Énergies renouvelables

Les paysans malaisiens dénoncent l'"Apartheid agricole"

Publié le 16/01/2018 - 13:35

Énergies renouvelables : les paysans malaisiens dénoncent l'"Apartheid agricole". © Julien Eichinger et Asnidamarwani/Fotolia

Le 17 janvier 2018, sera mis au vote des parlementaires européens, la révision de la directive énergies renouvelables (RED). Ce texte prévoit notamment l'élimination des biocarburants de première génération d'ici 2030 (contre 7% actuellement) et l'interdiction en 2021 de ceux issus de l'huile de palme. 

Ce texte ne satisfait pas les organisations agricoles européennes, notamment l'élimination des biocarburants de première génération d'ici 2030, arguant que cette proposition n'est pas réaliste. Mais à l'autre bout du monde, ce sont aussi les paysans malaisiens qui manifestent devant les bureaux de l'Union européenne à Kuala Lumpur.

L'interdiction de l'huile de palme prévue par l'UE «constitue une menace réelle pour 650000 petits exploitants et 3,2 millions de Malaisiens qui dépendent de la filière huile de palme», indique dans un communiqué l'association Faces of Palm Oil. Ils estiment que cette interdiction voulue par l'Europe imposerait un "apartheid agricole" à l'encontre de l'huile de palme malaisienne

 

Le président de la National Association of small Holders (NASH) a déclaré : «L'Europe impose un apartheid agricole aux paysans des pays en voie de développement. Cela viole tous les traités de l'ONU auxquels l'Europe adhère. Nous ne pouvons passer sous silence une telle discrimination».

De son côté, le président de la Federal Land Development Authority (FELDA) estime que plus de 112000 petits exploitants en Malaisie seront pénalisés par cette interdiction.

Autre réaction ferme et sans appel de la part du président de la DOPPA (Dayak Oil Palm Planters association) : «L'initiative européenne mine les communautés indigènes de Bornéo. Elle va porter un coup fatal aux familles locales qui ne cherchent qu'à nourrir leurs enfants et à les envoyer à l'école dans de bonnes conditions, comme les enfants de Berlin et de Londres. C'est un véritable colonialisme des temps modernes».

Visiblement cette proposition de texte européen ne satisfait personne, y compris jusqu'en Malaisie, mais pas pour les mêmes raisons, car les agriculteurs européens eux, voient plutôt d'un bon œil l'interdiction de l'huile de palme qui concurrence les huiles européennes. Verdict demain! 

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders