Imprimer
Commentaires
Exportations

Les pays du golfe, quel enjeu pour les céréales ?

Publié le 16/05/2017 - 10:15

À l’occasion du conseil spécialisé de la filière céréalière, Wilfrid Fousse, du service économique de l’ambassade de France à Ryad, a dressé un petit panorama des « enjeux céréaliers » pour les pays du golfe persique. Les pays concernés sont l’Arabie Saoudite, le Koweït, le Qatar, Oman, Bahreïn et les Émirats Arabes Unis.  Cette région du globe est une zone en forte croissance. La population (50 millions d’habitants) augmente de 5% par an, tout comme le PIB et le taux de croissance est de 10%.

Les pays du golfe, quel enjeu pour les céréales ? © 1xpert et sonden/Fotolia

Pour ces pays, assurer la sécurité alimentaire est une vraie priorité, en développant la production locale, l’industrie agroalimentaire mais aussi par des investissements sur des outils de production à l’étranger, et en prenant des participations dans des sociétés étrangères de négoces de céréales et de commercialisation de la viande.

Ces pays sont évidemment fortement dépendants des importations, puisque 75% de la consommation est importée (+10%/an jusqu’en 2015) pour une valeur totale de 50 milliards d’euros (dont 1,2 milliard pour la France).

Cette région importe du riz pour la consommation humaine (3,4 millions de tonnes), des importations qui se font essentiellement en provenance d’Inde. Concernant l’orge, les importations sont tirées par celles de l’Arabie Saoudite qui importe 9,3 millions de tonnes essentiellement pour la consommation animale. En blé, le golfe persique importe 5,9 millions de tonnes, pour la consommation humaine essentiellement (des importations qui sont en croissance de +7%/an).

L’intervenant mentionne que la demande en aliments composés pour l’alimentation animale est de plus en plus importante. La consommation d’orge devrait donc diminuer au profit du blé, du maïs et du soja. Par ailleurs la consommation de maïs devrait s’accroître aussi grâce au développement des élevages de volailles.

Concernant la qualité des blés recherchés, Wilfrid Fousse indique que les appels d’offres se font essentiellement sur des blés à 12,5% de protéines (la qualité locale sert de référence), toutefois il y a un fort potentiel pour les blés à 11% pour la fabrication de pain type américain (burgers et sandwichs).

Dans ce contexte, la France a des atouts à faire valoir. Elle bénéficie d’une bonne image. Aujourd’hui les exportations françaises sont centrées sur l’Arabie Saoudite, mais elles peuvent et doivent s’étendre sur toute la zone du golfe, tant en orge qu’en blé, conclut le responsable.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders