Imprimer
Commentaires
Couvert semi-permanent

Le trèfle blanc intermédiaire égal au trèfle blanc nain

Publié le 30/05/2017 - 11:36

Couvert semi-permanent : le trèfle blanc intermédiaire égal au trèfle blanc nain. © M. Lecourtier/Pixel Image

Dans le but d’assurer le développement d’un couvert végétal lors d’une interculture longue, Jean-Luc Forrler, chef de projet agriculture de conservation au sein du groupe coopératif Vivescia, voit d’un très bon œil le semis du couvert dans la culture précédente de colza le plus souvent. Implanté en même temps que le colza ou au moment de sa reprise de végétation au printemps, le trèfle blanc nain et le trèfle blanc intermédiaire sont dans ce cas des gages de sécurité. « Ce sont les cultures associées qui ont le moins d’inconvénients », selon l’expert.

D’autant qu’à raison de 2 kg/ha, soit 15 à 18 euros/ha, ils ne représentent pas un risque financier trop élevé. Alors qu’il juge les deux couverts équivalents, Jean-Luc Forrler a une préférence pour le trèfle blanc intermédiaire : « Les graines de trèfle blanc intermédiaire sont plus grosses que celles du trèfle blanc nain. Elles ont ainsi plus de chances de germer et donc de produire un pied. Ce qui représente une assurance supplémentaire. »

Pour ce qui est de la gestion de l’un comme de l’autre, l’expert préconise de les réguler au moment du semis de blé avec 250 g à 300 g/ha de glyphosate et de les détruire systématiquement au moment de la montaison du blé. La destruction systématique du trèfle blanc avec Allier ou Atlantis lors du désherbage du blé permet d’éviter tout risque de perte de rendement.

 

Retrouvez l'article complet sur les couverts végétaux dans le numéro de Cultivar de mai 2017.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders