Imprimer
Commentaires
Transport et logistique

Le projet canal Seine-Nord gelé en plein été

Publié le 03/08/2017 - 17:27

Le projet canal Seine-Nord gelé en plein été. © Ingwio/Fotolia

Début juillet, Nicolas Hulot, ministre de la Transition énergétique, et Elisabeth Borne, ministre en charge des Transports, ont tour à tour laissé entendre que la priorité serait donnée à l’entretien et à la maintenance des réseaux existants, au détriment d’autres grands projets comme le canal Seine-Nord Europe.

Ce projet de Canal a pour objectif de relier par la voie fluviale les plus grands terminaux portuaires de l’Europe de l’Ouest, à savoir Le Havre, Anvers et Rotterdam, rappelle dans un communiqué de presse commun le 27 juillet dernier la chambre régionale d’agriculture, JA, FRSEA et Coop de France de la région Hauts-de-France.

Autre signe qui confirmerait un gel du projet, la satisfaction du président du groupe SNCF Guillaume Pepy. Interrogé le 2 août, par RTL, au lendemain de la gigantesque panne qui a paralysé la gare Montparnasse pendant 48 heures, il a salué l’arrêt des projets comme le Canal Seine-Nord pour permettre de mettre des moyens sur la remise en état du réseau ferroviaire classique.

Mais si cette annonce devait être confirmée, elle ne satisfait pas du tout les organisations agricoles de la région. Le 12 juillet dernier, à l’occasion du conseil spécialisé de la filière céréalière de FranceAgriMer, le comité régional des céréales des Hauts-de-France réaffirmait « son attachement à ce projet qui permet de répondre aux enjeux de la transition énergétique ».

© Digitalstock/Fotolia

La région Hauts-de-France monte au créneau

Dans une lettre adressée au président Macron, la chambre régionale d’agriculture, JA, FRSEA et Coop de France de la région Hauts-de-France rappellent que le canal « connectera la région parisienne aux portes du monde sur les marchandises dont le conditionnement n’est, pour l’heure, assuré que par le transport routier. Le tracé du canal à grand gabarit étant parallèle à l’autoroute A1, le canal Seine-Nord, à pleine utilisation, conduira à une réduction de près de 500000 camions semi-remorques sur la route, par an, sans compter la réduction des externalités négatives associées. Sur le volet économique, le fret fluvial est d’ores et déjà sans comparaison avec le coût du fret routier. Sur le plan logistique, un tel projet permettrait un abaissement du prix des importations et un renforcement de la compétitivité à l’export des marchandises. Le projet de canal Seine-Nord renforcera à la fois la croissance liée au dynamisme des échanges, mais aussi la compétitivité de l’économie des entreprises et des particuliers ».

Autre argument, les milliers d’emplois directs et indirects attendus autour de ce projet. Donc pour le moment une chose est sûre, si cet arrêt est confirmé, il devrait s'attirer les foudres de toute une région. Et pour conclure, il faut aussi se rappeler qu’en 2015, Édouard Philippe, alors maire du Havre et devenu Premier Ministre, avait indiqué son opposition à ce type de projet déjà : « Il y a mieux à faire que ce canal. Il me semble que cet argent public serait mieux utilisé ailleurs. Avant ce projet, il faudrait dépenser un peu d’argent public pour développer les ports français ».

Affaire à suivre...

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders