Imprimer
Commentaires
Usine Lubrizol

Le ministre Didier Guillaume au chevet des agriculteurs victimes de l’incendie de Lubrizol à Rouen

Publié le 01/10/2019 - 09:16

« Je vous assure une transparence totale, rien ne sera caché, indique le ministre de l’Agriculture ce 30 septembre. Cette catastrophe industrielle ne doit pas devenir une catastrophe agricole. » Photo : H.Sauvage/ATC

Lundi 30 septembre 2019, le ministre de l’Agriculture est venu à la rencontre des agriculteurs normands touchés par l’incendie de l’usine Lubrizol. Noémie et Frédéric Dutot, à la tête d’une exploitation de 200 ha et d’un troupeau de 95 vaches laitières à Bois-Guillaume, ont décrit au ministre les préjudices d’ores et déjà subis, 2500 litres de lait jetés par jour depuis samedi et l’interdiction de faire pâturer les vaches.

Frédéric Dutot estime à 1000 euros la perte nette par jour qui passe. Sur leur exploitation, les agriculteurs ont un magasin de vente directe de fruits et légumes locaux et, depuis le début de la crise, ils estiment avoir perdu 40 à 50% de leur clientèle. D’autres agriculteurs présents témoignent aussi du fait qu’ils ne peuvent pas ensiler les récoltes de maïs encore sur pied. Les attentes avant l’arrivée du ministre étaient claires :

On a besoin de sérénité, on ne va pas pouvoir tenir longtemps, on a besoin d’un calendrier précis, mais aussi que le ministre fasse pression sur les collecteurs pour qu’ils reprennent la collecte et assument la destruction.

Le ministre, après avoir passé 2h dans la métropole rouennaise avec les services de l’État et les représentants des OPA, est venu apporter son soutien aux agriculteurs réunis à Bois-Guillaume :

Je vous assure une transparence totale, rien ne sera caché. Cette catastrophe industrielle ne doit pas devenir une catastrophe agricole.

Il a promis des indemnisations à la hauteur des préjudices :

Vous êtes des victimes, le pollueur devra payer, a-t-il martelé.

Il a par ailleurs promis que, dès le milieu de la semaine, les services de l’État auront les résultats d’analyse et qu’ils seront confiés à l’Anses pour une évaluation objective.

On espère que tout ira très vite. Soyez assurés que les services de l’État vont faire le maximum pour que vous repreniez votre activité dans les plus brefs délais.

Il a aussi indiqué qu’il travaillait avec les collecteurs pour qu’ils poursuivent la collecte et assument la destruction. Enfin, l’autre étape sera évidemment de repartir à la conquête des consommateurs. Et là aussi, le ministre Didier Guillaume a précisé que l’État les aidera.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders