Imprimer
Commentaires
Diversification

Le chardon, une solution pour le risque de déprise en Italie ?

Publié le 01/06/2020 - 12:17

Le chardon pourrait être une solution de diversification  dans les zones de défrise en Italie

La Toscane expérimente la production de chardon dans des zones à risque de déprise. Cette plante présente de nombreux atouts que les Italiens espèrent bien valoriser.

La région de la Toscane, traditionnellement productrice de céréales d'hiver et de fourrage, fait face à un abandon progressif des terres en raison de la volatilité des prix des céréales et des pertes de rendement causées par la faune ou les contraintes pédoclimatiques.

Des Italiens ont donc eu l’idée de créer une nouvelle filière agro-industrielle basée sur la culture du chardon pour le réaménagement de ces zones devenues marginales en s’inspirant de ce qui existe déjà en Sardaigne. L'idée de base est de soutenir la diversification de la production agricole avec des cultures à faible impact, en favorisant l'intégration des revenus agricoles et la protection du territoire, selon les critères de l'économie circulaire.

Le chardon peut fournir de l'huile. Et une fois celle-ci extraite, le résiduel peut être utilisé en tant que farine riche en protéines comme substitut partiel au soja pour l'alimentation animale.

Des tests avec des bovins de boucherie ont commencé. Depuis juin 2019, 16 animaux ont été nourris avec un régime basé sur le remplacement de 50% de la farine de soja par de la farine de chardon. D’après les premiers résultats, il n'y a pas de différence de performances de production avec des animaux nourris de façon traditionnelle. Des analyses cliniques seront effectuées pour évaluer les différences de propriétés et de qualité de la viande. De nouvelles investigations porteront sur les effets nutraceutiques sur les animaux et la qualité des produits dérivés dus à la présence de substances actives dans la farine de chardon.

En outre, d'autres molécules actives peuvent être utilisées pour les produits nutraceutiques et pharmaceutiques, et les résidus de la transformation peuvent ensuite servir pour produire de l'énergie, des engrais et de la litière pour animaux.
Le groupe Go-Card expérimente également l'utilisation de la biomasse lignocellulosique résiduelle du chardon pour alimenter la biomasse locale et les centrales hybrides biomasse-géothermie. En outre, il teste aussi le potentiel de production de miel monofloral de chardon.

Entre 2018 et 2019, environ 15 hectares ont été plantés dans deux zones de la région Toscane. Il a été observé que les semis précoces au printemps sont plus adaptés que ceux de l'automne même en zone montagneuse. En effet, les pluies fréquentes à cette période perturbent les semis et l’organisation du travail avec les semis des céréales d'hiver et des prairies d'hiver qu’il faut assurer. De plus, retarder les semis en automne expose les jeunes plants aux gelées. Ainsi, les semis d'avril peuvent mieux s'adapter aux besoins des cultures et au calendrier des agriculteurs.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders