Imprimer
Commentaires
Équipements de protection individuelle

La collecte des EPI usagés débutera en 2016

Publié le 26/11/2015 - 10:39

138082_at.jpg
Chaque année en France, ce sont 100 tonnes d’équipements de protection individuelle (EPI) usagés qu’il faut récupérer si l’on en croit une étude réalisée par Adivalor et d’après Pierre Lépineau, directeur général d’Adivalor :

   Nous pensons que ces quantités devraient augmenter dans les prochaines années, compte tenu d’une utilisation accrue de ce type de protection par les utilisateurs de produits phytopharmaceutiques. 

Des agriculteurs responsables de leurs déchets

En tant qu’entreprise, chaque exploitant agricole est responsable de l’élimination de ses déchets. Les EPI, potentiellement souillés par les produits phytopharmaceutiques, sont considérés comme dangereux et doivent être incinérés dans des installations agréées. Or, ce nest pas le cas aujourdhui : au mieux, ils sont jetés à la poubelle. Au pire, ils sont brûlés ! Mais des sanctions sont prévues par le Code de l’environnement.

C’est donc pour répondre aux exigences de la réglementation qu’une initiative volontaire portée par l’ensemble de la profession1 propose d’apporter aux agriculteurs une solution d’élimination efficace et sûre :

  • les EPI usagés doivent être stockés dans un sac transparent ;
  • ces sacs seront déposés chez les distributeurs d’agrofourniture, partenaires de la filière Adivalor, lors des collectes de PPNU2 ;
  • les déchets collectés seront pris en charge par des entreprises spécialisées, sous le contrôle d’Adivalor ;
  • ils seront incinérés dans une installation agréée pour l’élimination des déchets dangereux.

Cette initiative volontaire concerne la gestion de la fin de vie des équipements de protection individuelle chimique, utilisés lors de l’emploi de produits phytopharmaceutiques et de semences certifiées traitées :

  • gants nitrile ou néoprène ;
  • masques anti-poussières très toxiques (de type FFP3) ;
  • masques respiratoires à cartouche FFP3 ou A2P3 ;
  • cagoules ou visières de protection, lunettes ;
  • filtres, cartouches ;
  • tabliers et combinaisons à usage limité ;
  • bottes, surbottes et manchettes à usage limité.

La marque ECO EPI se développera dès 2016

La campagne d’adhésion des distributeurs, coopératives et négociants agricoles sera lancée début 2016. Les fournisseurs et distributeurs partenaires de l’initiative arboreront le logo « ECO EPI », qui marquera leur engagement à proposer une solution de collecte aux agriculteurs.

À ce jour, deux partenaires se sont engagés : l’union des coopératives InVivo et le distributeur national spécialisé Axe Environnement. Comme l’explique Pierre de Lépinau :

 Ils incluront, à partir du 1er janvier 2016, une écocontribution dans le prix de vente des EPI neufs, qui permettra d’en financer l’élimination. Son montant sera communiqué ultérieurement. Les sacs de collecte d‘EPIU pourront être rapportés par les exploitants agricoles, aux dates et lieux qui leur seront indiqués par leurs distributeurs. Les enlèvements opérés par Adivalor débuteront en avril 2016. 

L’information sur les bonnes pratiques et les collectes sera diffusée via les distributeurs, les réseaux des chambres d’agriculture, le réseau départemental de la FNSEA, le réseau prévention de la MSA, les industriels de la protection des plantes et par les entreprises semencières.

(1) Sont partenaires de cette initiative : InVivo, Axe Environnement, Coop de France - Métiers du Grain, la FNA, la FNSEA, l’APCA, l’UIPP et l’UFS (Union française des semenciers).

(2) Produits phytopharmaceutiques non utilisables.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders