Imprimer
Commentaires
Cultiver le blé hybride

"En blé sur blé, une variété hybride me rassure"

Publié le 21/06/2018 - 09:27

"

 

Très présent dans de nombreuses régions, le semis de blé après blé n’est pas sans risque : il induit une augmentation significative du risque piétin-échaudage et du risque piétin-verse, et est globalement favorable à une fin de cycle accélérée qui pénalise le rendement.

"Ma structure d’exploitation me conduit à adopter des rotations courtes, et près de 50 % de mes blés sont ainsi des blés sur blés, explique Éric Lecaillon, agriculteur dans l’Oise. Dans les parcelles les plus difficiles, semer du blé hybride m’apporte une certaine garantie."

Alors quand il s’agit de semer une parcelle séchante en deuxième blé, il n’hésite pas : c’est du blé hybride.

Le sentiment de sécurité exprimé par Éric Lecaillon s’appuie sur des réalités agronomiques et des performances régulièrement mesurées. Nombre des variétés de blé hybride se démarquent régulièrement par leur potentiel dans cette situation spécifique, à l’image d’Hyking et d’Hydrock en tête de la synthèse Arvalis-Institut du végétal 2017 en blé sur blé. Un autre avantage est que beaucoup des blés hybrides intègrent le gène Pch1 de résistance au piétin-verse (favorisé par le précédent paille) puisque 6 variétés sur 10 en sont dotées ; elles bénéficient ainsi de très bonnes notes et ne justifient donc pas de traitement spécifique contre la maladie. La plupart des variétés préconisées en blé sur blé par l’équipe développement de Saaten-Union possèdent également une finition rapide, assurant une fin de cycle adaptée aux exigences de ce précédent. Rappelons enfin qu’un blé hybride se sème à plus faible densité (un maximum de 150 gr/m²), contribuant à diminuer le coût/ha du traitement anti-piétin-échaudage qui peut alors être d’autant plus volontiers conseillé.

 "Voilà plus de dix ans que j’utilise du blé hybride sur une partie de ma sole, et quand j’analyse mes résultats, ça me conforte dans l’idée de semer du blé hybride en blé sur blé. Leur régularité et la précocité des variétés recommandées sécurisent mon rendement ; cette année, j’ai misé sur Hyking et Hybiza", précise Éric Lecaillon.

Un constat confirmé par beaucoup puisqu’un agriculteur sur quatre utilise le blé hybride dans cette succession1.

(1) Enquête TerrEtudes 2015 menée auprès de 500 agriculteurs.

 

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders