Imprimer
Commentaires
Commerce international

Du soja américain pour apaiser les tensions commerciales

Publié le 07/08/2018 - 11:00

Du soja américain pour apaiser les tensions commerciales. © Bits and splits/Fotolia

Le 25 juillet dernier, Jean-Claude Junker, président de la Commission européenne, a fait la promesse d’importer rapidement encore plus de soja américain, afin que Donald Trump ne décide pas de surtaxer les importations européennes de voitures. Le deal a de quoi surprendre, mais il semble bien réel. Depuis quelques semaines, les États-Unis ont ouvert une véritable guerre commerciale avec la Chine puis l’Europe en décidant de taxer certains produits d’importation pour le moins stratégiques. Notamment l’acier et l’aluminium pour l’Europe. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, le ton menaçant de Donald Trump sur la possibilité de taxer d’autres industries et notamment l’automobile (un dossier cher aux Allemands) a fait réagir Jean-Claude Junker qui s’est rendu à Washington pour apaiser ces tensions.

Les deux protagonistes ont eu l’air de s’entendre, Jean-Claude Junker s’est dit satisfait, tout comme le locataire de la Maison Blanche qui parle de « nouvelles phases de discussions avec l’Europe ».

Dans les faits, le président de la Commission européenne a obtenu de Donald Trump qu’il n’y aurait pas de taxes supplémentaires sur les importations de véhicules européens, en contrepartie l’Europe aurait promis des importations massives de soja américain et de gaz de schiste. Le sujet de l’énergie est en effet aussi très stratégique pour les États-Unis à l’échelle mondiale. Puisque le marché européen est extrêmement disputé avec les Russes.

Les syndicats agricoles, dans la torpeur de l’été, s’en sont peu émus, à l’exception de la Coordination Rurale qui s’est dite « surprise par les annonces inquiétantes du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker qui dit souhaiter importer "presque immédiatement… beaucoup de soja" des États-Unis. »

La Coordination Rurale rappelle que « l’Union européenne est obligée d’importer 78,6% du soja qu'elle consomme. Or au lieu de réduire, comme le bon sens le voudrait, ce déficit et d’envisager un plan protéines pour l’Europe afin de rééquilibrer les productions et de sécuriser son alimentation, Jean-Claude Juncker semble fier d’annoncer des décisions unilatérales aggravant la situation car important toujours plus de soja des États-Unis qui sera évidemment OGM ».

Sur la scène politique, Bruno Lemaire, ministre des Finances s’est montré aussi un peu circonspect, d’autant que le président Junker n’avait pas le mandat de négocier de la part des États membres.

Les achats européens de soja américains ont triplé

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders