Imprimer
Commentaires
Lutte contre foreurs

Des débits de chantiers de récolte plus rapides

Publié le 06/07/2018 - 14:59

 

Quand arrivent les périodes de récolte, on est rarement du genre à vouloir faire durer les choses. D’autant que si c’est l’entrepreneur agricole qui intervient, le temps devient encore plus « de l’argent ». Ce coût de prestation reste un poste de charge non négligeable. En effet, on estime qu’un chantier d’ensilage réalisé par une ETA revient à environ 3euros la minute. L’un des facteurs clés d’une récolte de maïs rapide, c’est la tenue de la tige. Il devient donc primordial de maintenir la culture dans une état sanitaire satisfaisant pour qu’un maximum de plantes se « tiennent bien ».

Les insectes foreurs (pyrales et sésamies), en cas de forte pression perforent et creusent les cannes de maïs, ce qui a pour conséquence de fragiliser les tiges. Les coups de vent de l’été peuvent alors finir le travail en cassant les tiges et révéler l’étendue des dégâts. Ce qu’il faut avoir à l’esprit, c’est que ces deux insectes réalisent environ 2 générations par an. En fonction des régions elles peuvent être présentes simultanément. Pour prévenir les dégâts, la lutte doit être positionnée sur la première génération afin de faire baisser la pression de population sur la 2ème génération. De plus l’intervention sur la première génération est plus aisée (avant le stade limite du passage de tracteur).

Dans sa gamme d’insecticides, la société FMC dispose de la solution Coragen® à base de Rynaxypyr® , qui permet de protéger efficacement contre les insectes foreurs, comme en témoigne Luc Garnier, éleveur à Oisseau en Mayenne « En 2011-2012, nous avons eu des mycotoxines dans le maïs engendrant une perte pour notre cheptel laitier de 110000 litres de lait, notre situation économique était catastrophique et il a bien fallu trouver une solution. On nous a conseillé la solution Coragen® et très vite, nous avons retrouvé des bons niveaux de performance du cheptel. Par ailleurs, nous avons fait le constat aussi, qu’au sein de la Cuma, nous étions les seuls à avoir diminué la durée du chantier de récolte. En effet, en réduisant la pression des insectes foreurs, nous avons noté qu’il y avait beaucoup moins de cannes cassées au sol. Par ailleurs, en 2017, nous n’avons pas pu faire cette protection, et nous l’avons regretté. Une année sans Coragen® et à nouveau des dégâts : des épis tombés au sol et des cannes de maïs restant au sol »

 

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders