Imprimer
Commentaires
Ravageurs

Dégâts d’oiseaux sur tournesol : la recherche et les acteurs de terrain se mobilisent

Publié le 27/03/2020 - 13:46

crédit André Estragnat/Terres inovia

Les dégâts de colombidés et corvidés à la levée du tournesol peuvent impacter fortement les producteurs. Des enquêtes menées en 2018 et 2019 dans le Gers et en Charente Maritime – Deux Sèvres ont montré que toutes les parcelles présentent des plantes portant des symptômes caractéristiques mais que seulement 10% d’entre elles subissaient des pertes de pieds supérieures à 20% avec des conséquences certaines sur le rendement. D’après les déclarations des producteurs recueillies par Terres Inovia au niveau national, 40% des parcelles attaquées sont resemées. Ce type d’attaque à la levée semble s’être accru depuis le début du XXIème siècle alors que les dégâts sur capitule étaient prédominants au siècle précédent. Peut-être faut-il y voir une conséquence indirecte de changements globaux affectant les pratiques agricoles, les paysages et les communautés d’oiseaux ? Le récent succès démographique du pigeon ramier est symptomatique de ces évolutions.

Le caractère spectaculaire des dégâts d’oiseaux ne doit pas faire oublier les fondamentaux d’un semis réussi : la protection contre les taupins et limaces ainsi que le soin accordé à la réalisation de la préparation du sol et du semis (réglage et conduite ; adaptation de la densité en fonction des conditions de levée et des contraintes hydriques attendues ; semis en sol suffisamment réchauffé). Il n’existe pas de méthode miracle pour prévenir les attaques. En l’état actuel des connaissances, les préparations à allégation répulsives à base d’huiles essentielles de piment ou de soufre n’ont pas d’effets probants et suffisamment stables. Les méthodes habituelles d’effarouchement ont une efficacité partielle. Les tirs ou piégeages, possibles dans certains départements, peuvent soulager localement les producteurs mais sont controversées. Le resemis ne doit pas être décidé hâtivement : l’observation attentive des plants est nécessaire car les seules lésions sur cotylédons, même sévères, n’ont pas d’impact sur le rendement. En cas d’attaques, les producteurs ont la possibilité de les signaler sur le site de Terres Inovia pour une meilleure prise en compte du dossier aux niveaux départemental et national.

Plusieurs solutions sont aujourd’hui à l’étude dans le cadre de projets soutenus par FranceAgriMer et l’institut Carnot Plant2Pro® associant Terres Inovia l’Inrae et plusieurs chambres d’agriculture et organismes de filière.

Agronomie : Des essais ont montré qu’une orge ou une féverole semée sortie hiver et détruite chimiquement avant le semis du tournesol peut perturber les oiseaux sans provoquer de concurrence préjudiciable à la culture. La recherche se poursuit sur la valorisation d’intercultures longues et des modes de destruction mécanique alternative au glyphosate.

Robotique : La reconnaissance d’images en temps réel par couplage d’une caméra et d’un nano-ordinateur doit permettre de rendre les effaroucheurs réactifs pour éviter que les oiseaux ne s’y habituent. La technologie des drones autonomes est mature mais aujourd’hui bridée par la présence obligatoire d’un opérateur à proximité.

Action territoriale : La capacité de déplacement des oiseaux implique d’envisager la lutte au niveau territorial. La coordination des semis permettrait de concentrer l’offre en tournesol dans le temps de telle façon que la capacité de consommation des oiseaux ne puisse plus suivre. Des outils numériques permettant l’échange d’information sur le territoire sont envisagés pour faciliter une telle pratique. Une autre stratégie territoriale consisterait à réduire la pression par une gestion paysagère adaptée : offrir des ressources alternatives (couverts semés ou non), augmenter la prédation ou du moins l’inquiétude des oiseaux en favorisant les rapaces.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders