Imprimer
Commentaires
Climate FieldView

Collecter les données et moduler ses interventions

Publié le 27/04/2018 - 10:54

Climate Field View débarque en France en septembre prochain. Crédit Climate Corporation

The Climate Corporation, filiale de Monsanto Company, lance une nouvelle plateforme numérique Climate FieldViewTM, elle doit permettre de collecter l’ensemble des données, agronomiques, parcellaires et météorologiques. Elle sera disponible en France en septembre prochain. D’ores et déjà déployée sur le continent nord et sud américain, (USA, Canada et Brésil), sur 48 millions d’ha, 100000 agriculteurs l’utilisent.

Alexandre Teillet, directeur général Europe de The Climate Corporation détaille le concept : « Climate FieldView repose sur la collecte automatique des données, l’analyse et la création de cartes de modulation en grandes cultures. Les agriculteurs disposent d’outils de collecte, de stockage et d’analyse, mais souvent déconnectés les uns des autres. Mais via Climate Corporation, en quelques minutes, les agriculteurs peuvent connecter d’autres systèmes informatiques à la plateforme Climate. »

Depuis deux campagnes, l’outil est testé en France. Cette plateforme pourra être utilisée comme un outil interne pour la coopérative ou le négoce, ou intégrée à la solution globale proposée à l’agriculteur.

Maïc Gutknecht, agriculteur dans le Haut-Rhin, a testé depuis un an Climate FieldView « Climate FieldView est la première plateforme qui permet de travailler de manière aussi fluide toutes les données de l’exploitation tout en les manipulant facilement. Ce qui me plaît le plus, c’est de créer mes propres cartes de modulation, de les transférer à ma machine et d’en faire un usage pointu. »

Comment ça marche ? Les données sont collectées au champ via le FieldView Drive, un périphérique qui se branche au bus can (Isobus) dans le tracteur ou la moissonneuse-batteuse. « FieldView récupère alors toutes les données générées par un équipementier comme la densité de semis ou la vitesse du matériel ». D'ailleurs l’entreprise a signé un accord global avec les constructeurs AGCO, CNH et John Deere. Mais la majorité des équipements commercialisés sur le marché français sont compatibles avec Climate FieldView. « L’importation se fait de façon manuelle pour les données météo, du sol et celles issues des OAD. »

Visualiser différentes cartes

Les  données collectées sont ensuite analysées par des algorithmes. Une carte par type de données collectées est alors générée. Quant à l’analyse des rendements, elle se fera sous forme de tableau. Puis ces données sont envoyées sur un Ipad ou un smartphone. Ainsi l’agriculteur peut visualiser les différentes cartes obtenues. « Il pourra comparer les cartes comme celles du sol et du rendement, ou celles des fongicides et du rendement, afin de raisonner ses interventions pour N+1 », explique le directeur. L’application permet de visualiser deux champs côte à côte et de comparer l’impact des interventions sur les rendements.

L’outil se veut évolutif. « En 2019, de nouveaux verticaux seront disponibles en France comme la santé des plantes avec des photos satellite, ou bien la modulation de la fertilisation blé en 2020 », stipule Alexandre Teillet.

Le coût d’achat de FieldView Drive devrait avoisiner les 400 €. Quant au prix du logiciel, il variera selon le nombre d’hectares. Deux applications seront à télécharger : FieldView Cab et FieldView. Avec la première, l’agriculture visualisera en direct ce qui se passe dans son matériel comme le rendement ou la densité de semis.

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders