Imprimer
Commentaires
Berry

Céréaliers HVE, ils lancent leur propre baguette locale

Publié le 02/10/2020 - 10:03

De gauche à droite : Xavier Grosbois, meunier, Denis Henriot, boulanger et Quentin Pointe-reau, à l'initiative du projet Épi Toué avec Bertrand Philippon. Photo Epi Toué
Deux exploitations céréalières du Cher certifiées Haute Valeur environnementale (HVE) se sont associées avec le Moulin de la Chappe à Bourges pour produire une baguette 100% locale avec le logo HVE, en partenariat avec des artisans boulangers. Objectif de l’« Épi Toué »: valoriser un mode de production plus respectueux de l’environnement, dans une démarche de circuit court.

 

Exit la coopérative ou le négoce. Quentin Pointereau et son beau-père Bertrand Philippon, céréaliers sur 570 ha à Lugny-Boubonnais en plein cœur du Berry (lire le reportage Entreprendre de Cultivar de mai-juin 2020), ont fait le choix d’une démarche de valorisation maîtrisée pour leur blé, en s’associant à un meunier et à des boulangers :

Plutôt que de nous voir imposer le prix d’achat de nos blés, nous avons réfléchi le problème dans le vrai sens, en définissant avec nos partenaires meunier et boulangers nos coûts de production, afin d’établir un prix final de la baguette pouvant rémunérer justement chaque opérateur ! 

Un an de travail aura été nécessaire pour faire aboutir la démarche et la commercialisation des premières baguettes « Épi Toué » (sorte de « comment vas-tu » dans le patois local !). Les agriculteurs se sont fait accompagner par Georgia, la cellule d’accompagnement des projets agro-innovants montée par la chambre de commerce et d’industrie, la chambre d’agriculture du Cher et le Crédit Agricole Centre-Loire. Les blés sont ainsi écrasés à 30 kilomètres au sud-est de Bourges. Une trentaine de tonnes ont été pour l’instant livrées. Puis la farine est travaillée par cinq boulangers partenaires, situés dans la région.

Démarche à 50/50 avec le meunier

Si le prix de vente contractualisé par l’agriculteur dépasse les 200 euros/t, Quentin Pointereau relativise :

Ce montant est à prendre avec des pincettes, car il prend en compte aussi le besoin de remboursement des opérations de communication autour de la démarche, qui est partagé à 50-50 avec le meunier ! 

La baguette est quant à elle vendue aux alentours de 1 euro (1,05 euro maximum).

Objectif 300 t de farine

À terme, le jeune céréalier espère pouvoir travailler ainsi 300t de farine, avec une trentaine de boulangeries partenaires. Sur les sacs à pain, il est bien mentionné que les baguettes sont issues d’exploitations certifiées HVE. « Ce n’est pas la baguette qui est HVE », insiste l’agriculteur. Convaincu de la démarche HVE, Quentin Pointereau conclut :

Les acheteurs traditionnels ne nous proposent qu’une prime pour les blés issus d’exploitations HVE, en se basant sur des prix du blé mondiaux. Mais la HVE doit aller au-delà de cette réflexion, en créant de vraies filières locales créatrices de valeur ajoutée pour chacun ! Le prix du blé ne représente que 5 à 10% de la valeur d’une baguette selon le type de farine et de pain, il est donc tout à fait possible d’avoir un blé rémunéré autour de 200 euros/t avec un très faible impact sur le prix final de la baguette, mais un vrai bénéfice pour le producteur.

 

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders