Imprimer
Commentaires
Assurance récolte

Assurances agricoles : le groupe In Vivo lance une offre assurantielle plus compétitive

Publié le 13/11/2018 - 11:22

1 an après la création de son entité Bioline Insurance, l’offre assurance récolte du groupe In Vivo est opérationnelle pour les agriculteurs via leurs coopératives. Cette offre se veut plus compétitive que les solutions existantes, grâce à un niveau de franchise plus faible.

Assurances agricoles : le groupe In Vivo lance une offre assurantielle plus compétitive. © Fotolia_ JLLH

« Aujourd’hui l’assurance est un vrai levier de compétitivité », introduit Thierry Blandinières, directeur général du groupe In Vivo. Et pourtant, seulement 20% des agriculteurs utilisent l’assurance récolte alors que les aléas climatiques sont de plus en plus prégnants. « Les trois quarts des agriculteurs interrogés jugent les outils existants comme inutiles ou trop chers », précise Antoine Poupart, directeur général de Bioline Insurance et de rajouter : « ceux qui ne s’assurent pas fragilisent l’ensemble de la chaîne de valeur agroalimentaire ». Bioline Insurance entend ainsi apporter des solutions. La société est une société de courtage agréée « mais nous sommes actifs en proposant nos propres produits, fruits de notre expertise et de notre savoir-faire », indique Antoine Poupart.

Bioline Insurance lance une offre assurance récolte plus attractive pour les agriculteurs, de gauche à droite Matthieu Denier, Antoine Poupart, Florian Dupuy et Laurent Martel

Rendre l’assurance utile en diminuant les niveaux de franchise

Pour Laurent Martel, directeur général de Bioline, « ce produit est innovant et pourtant tellement conventionnel, mais étant donné l’instabilité dans laquelle vivent les agriculteurs, l’assurance est un outil fondateur de la gestion du risque, et nous sommes convaincus du succès de cette offre ».

Donc, concrètement, l’assurance est rendue plus attractive notamment par un niveau de franchise compris entre 10 et 15%, ce qui devrait permettre des déclenchements plus fréquents et donc un niveau d’indemnisation supérieur. Les aléas couverts sont les suivants : grêle avec franchise parcellaire mais aussi (avec franchise à la culture) vent, froid, eau, chaleur, incendie (lié à la foudre), arrêté sécheresse, inondation. D’autres garanties en options sont aussi possibles comme la qualité (PS, Hagberg, taux de germination, mitadinage, moucheture) et les frais de resemis et frais supplémentaires de récolte. Les cultures assurables sont les suivantes : céréales (blé tendre d’hiver, blé dur d’hiver, orge d’hiver, orge de printemps, maïs grain, triticale, seigle, avoine) ; oléagineux (colza d’hiver, tournesol, soja, lin oléagineux) ; protéagineux (pois protéagineux, fèves et féveroles) et cultures industrielles (betteraves industrielles, pommes de terre). La multiplication de semences est également couverte sur l’ensemble des cultures, sauf les cultures industrielles.

Pour les responsables, cette offre est aussi rendue plus abordable car les coûts de fonctionnement sont limités « il existe déjà des flux entre les coopératives et les agriculteurs. Elles ne distribueront pas le produit, mais indiqueront son existence et il sera intégré dans d’autres contrats (appro, collecte ou conseil). L’agriculteur averti souscrira lui-même en ligne sur la plateforme », détaille Antoine Poupart. À noter que cette offre sera éligible aux subventions PAC à condition qu’au moins 70% des surfaces de l’exploitation soient assurés et 100% de chaque culture.

Mutualisation du risque à plus grande échelle

L’offre de Bioline Insurance repose sur un contrat cadre national avec un leader mondial de l’assurance et la réassurance. « La dimension internationale de ce partenaire permet de mutualiser le risque à plus grande échelle mais aussi d’accompagner notre activité au-delà de nos frontières », indique Antoine Poupart. Ainsi l’objectif visé par Bioline Insurance est le million d’hectares couverts d’ici 2021. Pour l’heure une dizaine de coopératives ont d’ores et déjà souscrit à cette démarche et les premiers agriculteurs ont signé début novembre. La période de souscription court jusqu’au 31 décembre.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders