Imprimer
Commentaires
Agroforesterie

Agriculture, savoir renouer avec l’arbre

Publié le 11/10/2021 - 09:50

Redefinir l'agroforesterie pour mieux se l'approprier.

L’agroforeterie esst souvent représentée par des alignements d’arbres implantés dans les parcelles agricoles. Si la technique existe bien, elle fait partie d’une panoplie de pratiques variées. Le premier axe de travail des experts du sujet restant de maintenir les arbres existants en place et d’en améliorer la productivité.

"Entretenir une lisière de bois, c'est le début de l’agroforesterie, soutient d’emblée Alain Canet, directeur d’Arbre et Paysage 32. En agroforesterie, on laisse pousser plus d’arbres que l’on en plante et ce n’est d’ailleurs pas le nombre d’arbres présents par hectare qui définit l’agroforesterie. Aucun agriculteur n’a besoin du même nombre d’arbres." Cette vision de l’un des experts français du sujet bouleverse totalement l’image que nous sommes nombreux à nous faire de l’agroforesterie : c’est-à-dire l’implantation intraparcellaire de linéaires d’arbres à distance régulière les uns des autres afin de ne pas entraver l’efficacité des travaux des champs. Souvent, la distance entre les linéaires est un multiple de la largeur de l’outil le plus large de la ferme… comme le pulvérisateur. Cette image réductrice, qui place l’agroforesterie comme une pratique contraignante, n’aide pas à replacer l’arbre à sa juste place dans la production agricole. De plus, elle ne reflète en rien la véritable définition de l’agroforesterie.

 

Reconsidérer les structures arborées existantes

Le dictionnaire de l’agroécologie propose une définition de l’agroforesterie dont les premières lignes sont les suivantes : "L’agroforesterie est, au sens strict, une pratique associant des cultures avec des arbres plantés dans la même parcelle (cf. JORF). Mais elle s’applique aussi à d’autres productions agricoles, comme l’élevage, et aux arbres présents en bordure des parcelles (cf. FAO et EURAF), ou encore à des échelles plus larges que la parcelle (exploitation agricole, territoire) (cf. ICRAF). Ainsi, au sens large, l’agroforesterie englobe les systèmes de production intégrant aussi bien les arbres dans les pratiques et les espaces agricoles, que les productions agricoles dans les pratiques forestières et les espaces arborés." L’un des auteurs de cette définition, Martin Vigan qui a rédigé une thèse sur l’agroforesterie et s’apprête à s’installer en tant qu’agriculteur, note "qu’il y a beaucoup à gagner à reconsidérer l’arbre dans la production agricole. L’agriculture et la foresterie sont depuis trop longtemps séparées. Avant même d’envisager planter des arbres, il est essentiel de reconsidérer les arbres existants. Dès lors que l’on a ou que l’on acquiert une sensibilité de la place de l’arbre dans son environnement en tant qu’agriculteur, on est prêt pour l’agroforesterie."

 

Retrouver notre dossier complet sur le numéro de Cultivar de septembre 2021

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders