Imprimer
Commentaires
Axema

Une légère baisse pour les agroéquipements en 2020

Publié le 13/10/2020 - 17:18

L’Axema, l'association française des acteurs industriels de la filière des agroéquipements et de l'agroenvironnement, vient de tenir sa traditionnelle conférence annuelle pour tirer le bilan de la période qui vient de s’écouler.

 

Les ventes de matériels d'agroéquipements neufs devraient s'établir à 5,8 milliards d'euros en 2020, en baisse de 5% par rapport à 2019. Des résultats alignés avec les prévisions des industriels (fabricants et importateurs) formulées l'année dernière. La crise sanitaire, dont les effets étaient tant redoutés en mars et avril – les prévisions à l'époque tablaient sur un recul du marché de -10% à -15% – n'aura finalement eu qu'un effet limité sur les ventes, grâce à un très fort rattrapage en sortie de confinement et tout au long de l'été.

 

La situation est cependant très variable selon les marchés et les positionnements des acteurs. Si 88% des sociétés membres d'Axema estiment que la crise sanitaire a eu un impact négligeable, faible ou modéré, 12% affirment au contraire avoir été durement touchées par la crise sanitaire.

 

Frédéric Martin, président d'Axema, le rappelle : « L'impact ne se mesure pas qu'à l'aune des ventes mais aussi sur le plan humain. Aujourd'hui, 17,5% des entreprises observent une baisse de la productivité, 22,5% constatent que le moral de leur équipe est affecté et 25% notent une moindre identification aux valeurs et à la culture de leur entreprise. Au-delà des défis économiques auxquels elles sont confrontées, elles doivent plus que jamais rassurer et remobiliser leurs collaborateurs pour limiter les impacts de la crise sur leur activité.

 

Alors que les inquiétudes sur 2020 ont en grande partie été levées, les professionnels du secteur s'attendent à une année 2021 compliquée, sans pour autant céder au catastrophisme. Certes la situation économique dans les filières de la grande culture, de la viticulture et de l'élevage bovin inquiète, mais les prix des produits agricoles restent solides et à bon niveau. De quoi écarter un scénario similaire à celui de 2016. Les entreprises ayant répondu à l'enquête sont restées, dans l'ensemble, mesurées en ce qui concerne leur projection 2021. Seules 7% d'entre elles s'attendent à une baisse à deux chiffres du marché des agroéquipements ; 47% tablent sur une baisse de -2% à -10%, 40% anticipent un marché stable. Enfin, 6% des répondants espèrent une croissance du marché.

 

La commission économique d'Axema (composée de 25 sociétés membres), qui s'est tenue le 2 octobre dernier, prévoit une baisse du marché des agroéquipements de -5% à -10% en 2021. La commission a préféré donner une fourchette d'évolution plutôt qu'un chiffre précis compte tenu des grandes incertitudes qui caractérisent l'année 2021, notamment sur les plans économiques et sanitaires. L'impact du plan de relance est une autre inconnue de l'équation. 250 millions d'euros sont fléchés vers les agroéquipements, dont 135 millions sous forme d'aides et de subventions à l'investissement des agriculteurs en matériel agricole.

 

Mais pour Frédéric Martin, ces crédits aideront la croissance du tissu de TPE, PME et start-up spécialisées dans les nouvelles technologies agricoles et donneront les moyens aux industriels d'innover et de produire. En revanche, nul ne sait encore si les achats subventionnés de matériels viendront s'ajouter ou se substituer aux dépenses prévues par les exploitations agricoles, ETA ou Cuma.

 

Enfin, le dernier facteur d'incertitude réside dans les récoltes de 2021 dont dépendra la deuxième partie de l'année. Le marché des agroéquipements devrait donc s'établir, en 2021, entre 5,2 et 5,5 milliards d'euros. Malgré cette baisse anticipée, les entreprises n'envisagent pas d'adopter un comportement résolument défensif. Au contraire, 95% des entreprises prévoient de lancer de nouveaux produits en 2021, 70% entendent développer leur activité à l'international, 56% veulent investir davantage dans les actifs matériels et immatériels et 55% augmenter leur effectif salarié. En revanche, dans ce climat incertain, 80% d'entre elles entendent baisser leurs dépenses de communication et de marketing. 48% pourraient également geler leurs recrutements...

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders