Imprimer
Commentaires
Essai technique

Réduire la dérive de 90 % lors des applications phytosanitaires, rêve ou réalité ?

Publié le 15/10/2021 - 10:21

Si dans la première partie de notre essai technique, nous avons pu voir que l’adjuvant permettait de diminuer de moitié la dérive lors d’utilisation de buse à fente classique, l’heure est venue de tester notre dispositif avec des buses à induction d’air. Le résultat sera-t-il le même ?

Pour rappel, pour mettre en place cet essai un peu particulier, nous avons de nouveau fait appel à Julien Hérault, conseiller machinisme indépendant chez Conseils Agroéquipements. Un un protocole particulier avait été organisé.

Nous avons utilisé un pulvérisateur traîné, un Kuhn Lexis, qui possède une rampe de 24 mètres. Les buses sont espacées de 50 cm. La circulation est classique, et la régulation se fait par DPAE, nous détaille le conseiller machinisme. Le dispositif prévu est assez simple : nous allons mettre trois papiers hydrosensibles sous la rampe, pour contrôler l’efficacité de couverture et la taille des gouttes. Puis nous allons mettre cinq papiers hydrosensibles, à 50 cm, 1 m, 2 m, 3,50 m et 5 m à l’aplomb de l’extrémité de la rampe. Ceux-ci seront utilisés pour quantifier la dérive. À noter que le dispositif a été pensé de façon à ce que le vent dominant soit perpendiculaire au sens d’avancement."

Une fois le dispositif validé, nous avons choisi de faire quatre modalités différentes. Les deux premiers passages se font avec des buses à fente classique Teejet XRC, avec un angle de 110°, et un calibre de 025, soit des buses couleur Lila en norme Iso. Avec une pression de 2 bars, et une vitesse de 12 km/h, le volume par hectare est de 80 l/ha. Dans la première modalité, le pulvérisateur passe avec de l’eau claire. Puis dans la 2e modalité, nous avons ajouté l’adjuvant Li700® Star, à raison d’un dosage de 0,25 %. Pour ces deux modalités, le vent était de 5 km/h, sans rafales. Les résultats sont à retrouver ici.

 

Ensuite, nous avons testé deux nouvelles modalités, cette fois-ci avec des buses antidérive Teejet AIXR, toujours avec un angle de 110°, mais avec un calibre de 04 cette fois-ci, soit des buses rouges en norme ISO. Avec une pression de 2 bars et une vitesse de 10,3 km/h, le volume par hectare était alors de 150 l/ha. À noter qu’à cette pression, la buse réduit déjà la dérive de 66 %. Même chose que précédemment, le premier passage s’est fait avec de l’eau claire, tandis que le second passage s’est fait avec l’adjuvant Li700® Star, toujours avec un dosage de 0,25 %.

 

Dans les quatre modalités, différentes mesures ont été effectuées. La première a été de calculer le nombre d’impacts/cm2. Ensuite, notre conseiller machinisme indépendant calculait également le taux de couverture. Enfin, il calculait le VMD (diamètre volumétrique médian) et le NMD (diamètre numérique médian). Pour les deux modalités avec la buse à induction d'air, le vent soufflait un peu plus fort que précédemment, à raison de 10 km/h, toujours sans rafales et perpendiculairement au sens d’avancement.

 

En matière de couverture, les papiers hydrosensibles placés sous la rampe nous ont amenés au même constat qu’avec la buse à fente classique. La présence de l’adjuvant a augmenté notablement la VMD de la pulvérisation, et a amélioré davantage l’homogénéité du spectre de gouttes. En effet, l’adjuvant a permis d’annuler une grande partie des gouttes d’une taille inférieure à 150 microns, ce qui a amélioré le spectre d’environ 20 %. Ceci conduit à constater sous la rampe une augmentation de plus de 10 % de la qualité de couverture grâce à l’utilisation de l’adjuvant. 

Et sur la dérive, les résultats ont également été parlants.

 Pour ce test, le vent était un peu plus fort, puisqu’il atteignait 10 km/h. Mais il était toujours latéral au sens d’avancement, et cela pour les deux passages, avec l’eau claire comme avec l’eau adjuvantée. Même si le vent a donc doublé entre les deux tests, nous restons quand même dans des conditions favorables pour la pulvérisation. Et dans ce test également, la présence de l’adjuvant a permis de réduire la dérive de 50 à 60 % sur toute la longueur des papiers de contrôle.

En conclusion de notre essai, Julien Hérault se veut optimiste :

Malgré des conditions optimales de traitement, avec un vent relativement faible, il y a toujours des gains à aller chercher, notamment avec l’utilisation de l’adjuvant. L’autre point notable de l’essai, c’est que malgré l’augmentation de la taille des gouttes, qui pourrait être synonyme de perte de densité d’impact de la pulvérisation, l’adjuvant ne pénalise pas la qualité de couverture sous la rampe et, au contraire, on note une amélioration de la couverture de pulvérisation lors d’utilisation de buse à induction d’air.

Dans notre essai, nous avons pu diminuer la dérive de la buse à fente classique de :

- 70 % avec le Li700® Star ;

- 82 % par l'utilisation de la buse à induction d'air ;

- 92 % grâce à l'utilisation de la buse à induction d'air combiné à l'adjuvant Li700® Star.

 

Données chiffrées

Pour quantifier la dérive, Julien Hérault examine l’évolution de plusieurs critères :

Il faut être précis dans les termes, explique Julien Hérault. Je ne mesure pas directement la dérive, mais je m’intéresse à l’évolution de la dérive. Et pour cela, je m’appuie sur différents critères, comme le pourcentage de couverture, mais également le nombre d’impacts/cm2. 

 

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders