Imprimer
Commentaires
Pulvérisation

Décollage imminent du Falcon pour les Etats-Unis

Publié le 16/07/2015 - 08:48

Avec sa cuve en inox de 6000 litres posée sur un châssis à voie variable de 3 ou 4 mètres et qui possède une garde au sol de près de 2 m (1, 85 pour être précis), c’est peu dire que le Falcon de Matrot détonne dans le paysage des pulvérisateurs automoteurs français.

Et c’est bien normal. Car le prototype présenté au dernier Sima, qui a bien évolué depuis, ne se destine pas pour le moment au marché français. 

falcon_1.jpg

Même si Philippe Hamon, responsable technique de ce projet ne souhaite pas fermer de porte pour l’instant :

Nous avons été agréablement surpris par l’accueil des agriculteurs français réservé à ce mastodonte. Cependant, ce pulvérisateur est avant tout un projet de groupe destiné à l’export, avec notamment en ligne de mire les marchés australien et nord-américain. Ceci dit, une fois que ce projet sera en route, il sera toujours possible de réduire le gabarit du pulvérisateur pour l’adapter au marché français.

falcon_2.jpg
Car il est vrai qu’à l’heure actuelle, le Falcon en impose. Avec ses 12 mètres de long et ses 4 mètres de haut, il n’est pas imaginable pour le constructeur de le faire homologuer en France en l’état.

D’un point de vue technique, Matrot a quelque peu bousculé ses habitudes. Bien entendu, vous trouverez toujours les rampes à l’avant, véritable fer de lance de la marque. Pourtant, fini la transmission hydromécanique, qui était une signature Matrot jusqu’alors. En effet, le Falcon est doté d’une transmission hydraulique, qui simplifie grandement le changement de largeur de la voie.

Sinon, il est équipé du même système de pulvérisation que son "petit" frère le Xénon. La plus grande différence vient de son moteur de 380 chevaux, qui permet de circuler à grande vitesse (60 km/h) sans difficulté, malgré les 12 tonnes de l’engin à vide ! Pour pouvoir travailler à 30 km/h tout en gardant une stabilité quasi parfaite, le Falcon peut compter sur une suspension pneumatique indépendante sur les 4 roues.

falcon_3.jpg

Si l’engin semble avoir de nombreux atouts dans sa manche, s’imposer aux États-Unis n’est pas une mince affaire. Pour avoir une plus grande visibilité, Matrot va s’appuyer sur son cousin Hardi sur ce marché en particulier. Déjà bien implanté dans ce pays, il y a fort à parier que le Falcon soit prochainement disponible aux couleurs Hardi. 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders