Imprimer
Commentaires
Oléagineux

La réussite du tournesol se joue au semis et à la levée

Publié le 28/12/2020 - 13:00

Avant d'être en fleur, la réussite du tournesol se joue dans ses premiers stades.

Les surfaces cultivées de tournesol connaissent une nette évolution avec 770 000 ha semés en France en 2020, soit une hausse de près de 15 % par rapport à l’an dernier. Les aléas climatiques et conjoncturels sont à l’origine de cette forte progression. Pour maintenir cette dynamique, le semis et la levée sont les principaux leviers à maîtriser.

L’étape d’implantation du tournesol conditionne sa dynamique de la levée et, par la suite, sa capacité à s’approvisionner en eau et en éléments minéraux. "Dans les essais, les pertes de rendement liées à une mauvaise implantation s’élèvent à 10 q/ha en moyenne, explique Mickaël Geloen, ingénieur développement chez Terres Inovia, lors d’un webinaire organisé sur la culture du tournesol le 20 novembre 2020. Une attention particulière sur la structure du sol est nécessaire pour éviter les zones de tassement. Le tournesol y est particulièrement sensible." Il s’adapte bien à différents modes d’implantation sur un sol suffisamment réchauffé, environ 8 °C dans les cinq premiers centimètres, où taupins, limaces et oiseaux sont à gérer du mieux possible.

Aucune différence de développement du tournesol entre les modalité, par contre le semis direct est en retrait. Crédit : GIEE Magellan

Pour ne pas pénaliser la levée du tournesol, Terres Inovia préconise une destruction du couvert au minimum deux mois avant l’implantation de la culture ainsi qu’une bonne répartition de la semence sur la parcelle. "25 % de couverture de sol en moins se traduisent par une perte de rendement de 2 à 3 qx / ha."

La problématique oiseaux sans solution efficace

"Les corvidés et les colombidés causent de nombreux dégâts lors de la levée du tournesol, explique Christophe Sausse, agronome chez Terres Inovia. Environ un tiers des parcelles sont attaquées tous les ans. D’après les études menées entre 2016 et 2020 sur 1 000 parcelles, les ressemis représentent entre 7 et 13,5 % des parcelles. L’impact économique est conséquent pour les producteurs."

Quelques règles à respecter pour réussir son semis de tournesol. Crédit photo : Terres Inovia

Cette situation devient de plus en plus préoccupante et s’aggrave d’année en année, avec des populations qui ont tendance à augmenter. Elles recherchent davantage de sources de nourriture, d’autant plus dans les régions où les prairies se font rares. "L’utilisation d’engrais starter au semis et de produits de biocontrôle appliqués sur la semence ou lors de la levée du tournesol donne des résultats aléatoires", explique Christophe Sausse. Des semis sous couvert d’orge de printemps ont également été menés. Détruit chimiquement avant l’implantation du tournesol, le couvert crée une confusion pour les oiseaux mais également une concurrence défavorable à la levée du tournesol.

"Il n’existe pas de solution miracle, constate l’agronome. Nous devons gérer le territoire et trouver un équilibre entre l’offre et la demande en travaillant sur des leviers agronomiques et technologiques. Des partenariats entre les agriculteurs, les chasseurs, les instituts, les naturalistes et les villes sont en cours pour travailler ensemble sur la connaissance de ces populations, étudier leurs besoins pour agir rapidement et efficacement. Même si les résultats ne sont pas 100 % garantis, certains fondamentaux sont utiles et essentiels pour limiter les risques. Le respect de la date et de la dose de semis, l’observation de l’activité des oiseaux, le regroupement des semis sur une zone donnée pour élargir l’offre alimentaire sont des solutions potentielles."

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders