Imprimer
Commentaires
Betteraves

N’attendez pas que la trémie soit pleine pour la vider

Publié le 30/09/2019 - 12:01

L’équipe « sol » d’Agro-Transfert-RT conseille aux utilisateurs d’intégrales de ne pas attendre que la trémie soit totalement remplie pour la vidanger. Photo : Pixel6TM

La fertilité physique du sol est souvent trop peu considérée par les producteurs. Or, elle peut avoir des conséquences sur le potentiel de rendement des cultures lorsqu’elle est mise à mal. Les parcelles recevant des betteraves sont particulièrement concernées compte tenu des chantiers d’arrachage mettant en jeu les engins avec le plus de risque de générer des tassements de surface et en profondeur.

La résistance d’un sol au tassement dépend principalement de son humidité, de sa texture et de sa résistance mécanique (type de porosité et stabilité structurale). Compte tenu de l’allongement des campagnes betteravières depuis le milieu des années 1980 pour atteindre désormais presque 130 jours en moyenne, il y a toujours plus de risque qu’une partie de la récolte des betteraves soit réalisée dans des conditions d’humidité du sol trop importantes pour qu’il soit en capacité de résister aux contraintes des engins de récolte. Sans compter que ce n’est pas le seul facteur à avoir évolué dans la récolte des betteraves. Les quantités à arracher puis à transporter ont augmenté de 40 % depuis les années 1990. Et le type de chantier de récolte a aussi migré vers des machines plus lourdes. Si, en 2007, les automotrices d’arrachage de betteraves récoltaient 74 % des surfaces contre 18 % pour les intégrales, les deux courbes se sont croisées en 2014 et les intégrales arrachaient 53 % des surfaces de betteraves françaises en 2016 contre 41 % pour les automotrices. Les quelques pourcents restants étant récoltés par des chantiers décomposés.

Des tassements jusqu’à 60 cm

En parcelle agricole, les contraintes appliquées les plus élevées concernent les chantiers de récolte et de transport, la palme revenant aux intégrales à betteraves chargées et aux bennes chargées mal équipées en pneumatiques. Même bien équipée d’ailleurs, une benne chargée impose une contrainte forte au sol. Annie Duparque, responsable du service sol et agrosystèmes au sein d’Agro-Transfert Ressources et Territoires, rappelle qu’en « dessous de l’horizon 25-30 cm, l’intensité et la profondeur du tassement du sol sont principalement dépendants de la charge à la roue et de l’humidité du sol. En surface, en revanche, le niveau de risque de tassement est déterminé par la contrainte par centimètre carré imposée au sol et par son humidité. Ainsi, les dimensions des pneumatiques, leur technologie et leur pression de gonflage sont autant de facteurs qui peuvent réduire ou augmenter le risque de tassement en surface ». Il n’est pas inutile de rappeler aussi qu’un tassement peut, dans certains cas, descendre à 60, voire 70 cm de profondeur. Des profondeurs que les matériels de travail du sol ne peuvent pas atteindre pour corriger le tassement. C’est ce qui a pu être observé lors de mesures réalisées à la suite d’un arrachage et d’un débardage décomposés de betteraves en conditions humides. La mesure au pénétromètre après le passage d’une débardeuse de 50 m3 pleine a montré une résistance du sol significativement supérieure à son passage à vide et au témoin jusqu’à 55 cm de profondeur. Ce constat est d’autant plus important que la récolte des betteraves en condition humide est une réalité quasi annuelle pour une partie de la sole de la majorité des planteurs.

Les arracheuses à betteraves intégrales sont les engins qui imposent le plus de contraintes au sol et qui génèrent donc le plus de risque de tassement sur le sol.

Lors du colloque de restitution du projet Sol-D’Phy en septembre 2018, il avait été précisé qu’en systèmes spécialisés et betteraviers du Nord de la France, un tiers des profils de sols réalisés faisaient état d’un tassement de sol dans l’horizon pédologique (jamais travaillé). Or, sans possibilité de travail du sol, le problème peut persister longtemps. La régénération naturelle est lente. « Le temps nécessaire à cette régénération dépend avant tout de la qualité des argiles du sol, précise la responsable de service. Si on peut compter sur des argiles gonflantes, l’alternance de phases de gel et de dégel (de plus en plus rares), de périodes de sécheresse et de réhumectation ainsi que l’activité des vers de terre participent à retrouver la fertilité physique initiale du sol, à condition de ne pas lui faire subir de nouvelles contraintes de tassement. »

Prévenir plutôt que guérir

Plutôt que de compter sur la nature pour résoudre un problème de tassement, il peut être utile d’adapter sa technique de récolte afin d’impacter le moins possible le sol et donc le potentiel des cultures qui suivent. Lors d’un essai dans le cadre du projet Sol-D’Phy en 2015, en sol limoneux peu humide en profondeur, la marche roue dans roue et la marche en crabe ont été comparées. Il s’avère que, dans les deux cas, le tassement atteint la même profondeur. Les roues supportant le plus de poids, lors de la marche en crabe, étant naturellement les plus impactantes… Il est toutefois conseillé, à la suite de cela, de privilégier la marche en crabe lorsque le sol est sec en profondeur afin de limiter le risque de tassement en surface. Dans le cas d’une récolte avec un sol humide en profondeur, il est préférable de rouler roue dans roue afin de limiter la surface affectée par des tassements profonds.

La solution la plus performante aux yeux de l’équipe d’Agro-Transfert-RT, encore peu utilisée dans la pratique, « consiste à ne pas remplir totalement la trémie de l’arracheuse quand les conditions de récolte peuvent engendrer un risque important de tassement du sol. S’obliger à vidanger la trémie lorsqu’elle est à demi-charge peut être une solution efficace contre les tassements profonds, à condition aussi d’adapter le débardage avec les bennes… »

Pour de plus amples informations, retrouvez la plaquette « Prévention des tassements » éditée par Agro-Transfert-RT : www.agro-transfert-rt.org/tassements-des-sols/

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders