Imprimer
Commentaires
Solution azotée

Une enquête pour dumping pourrait faire flamber la solution azotée

Publié le 24/09/2018 - 10:35

Une enquête pour dumping pourrait faire flamber la solution azotée. © C. Milou/Pixel Image

Le 13 août dernier, est paru au Journal officiel de l’Union européenne, un avis d’ouverture d’une procédure antidumping concernant les importations de mélanges d’urée et de nitrate d’ammonium (UAN) originaires de Russie, Trinidad et Tobago et des USA. Si cette procédure aboutit en faveur du plaignant, les prix de la solution azotée pourraient bien flamber au printemps prochain.

Par le biais de leur représentant, Fertilizers Europe, les producteurs européens de solutions azotées ont saisi la Commission européenne d’une plainte contre des pays exportateurs de solutions azotées, au motif de pratiques de dumping sur les exportations. Cette plainte a été déposée le 29 juin 2018. Nous nous sommes procuré cette plainte pour en comprendre la teneur. Ainsi les allégations suivantes sont formulées à l’égard de 3 pays, la Russie, Trinidad et Tobago et les USA. L’allégation de dumping à l’égard des États-Unis repose sur une comparaison entre le prix pratiqué sur le marché intérieur et le prix à l’exportation vers l’Union européenne. Concernant Trinidad et Tobago, en l’absence de données fiables sur les prix domestiques, l’allégation porte sur la comparaison d’une valeur normale construite (coûts de fabrication, frais de vente et frais administratifs et généraux et profit) avec le prix à l’export vendu à destination de l’Union. Enfin concernant la Russie, l’allégation de dumping est basée à la fois sur une comparaison des prix domestiques et le prix à l’export et sur une comparaison d’une valeur normale construite, (au regard notamment des coûts du gaz fait l’objet d’une double tarification en Russie). Ces comparaisons font apparaître un dumping, les marges calculées selon le plaignant semblent importantes pour les 3 pays visés par la plainte.

Par ailleurs, selon le JO de l’Union européenne, Fertilizers Europe, représentant plus de 50% de la production totale de l’Union européenne, de mélanges d’urée et de nitrate d’ammonium, a fourni les éléments de preuve selon lesquelles ces importations ont augmenté aussi bien en termes absolus qu’en parts de marché.  Il ressort aussi que le volume et les prix de la solution azotée ont eu pour conséquence de nuire aux performances globales et à la situation financière des industriels de l’Union européenne.

Pour Gautier Maupu, analyste en Ukraine pour le cabinet Agritel, l’enquête devrait durer quelques mois et si l’Europe était amenée à prendre des sanctions, cela pourrait amener une forte volatilité des prix de la solution azotée au printemps prochain, qui constitue une grosse période d’achat pour les utilisateurs finaux. D’après les premiers éléments que l’on a, les producteurs européens de solutions azotées pourraient réclamer une taxation de l’ordre de 60 dollars la tonne.

Même constat pour Éric Le Texier, chef de département engrais chez Helm Engrais France : « Les taxes pourraient être de l’ordre de 55 à 112 euros/tonnes selon l’origine, ce qui représente pas moins de 20 à 70% de la valeur de la marchandise ». Avant d’ajouter : « Dans le cadre de cette procédure, l’ensemble des partis peuvent se manifester, association d’agriculteurs, distributeurs, meuniers… afin que les autorités prennent la mesure des conséquences des sanctions prises. Les enjeux sont énormes. Les parties les plus impactées ne seront pas nécessairement les intermédiaires, mais les agriculteurs sur qui la hausse des prix sera répercutée ». Et à la question de savoir si les agriculteurs peuvent se tourner vers d’autres sources d’azote. « Oui un switch est envisageable, mais l’ammonitrate est d’ores et déjà une ressource plus chère que la solution azotée », précise Éric Le Texier. Donc tout porte à croire qu’il risque d’y avoir de la pression sur les cours de solutions azotées dans les mois à venir.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders