Imprimer
Commentaires
Souveraineté

L’autosuffisance du continent européen en soja est possible

Publié le 14/04/2022 - 09:57

L’autosuffisance du continent européen en soja est possible. Crédit: happyculteur/Adobe Stock

Si 4 à 11% des terres cultivées étaient consacrées au soja, l'Europe pourrait atteindre une autosuffisance de 50 à 100%. C'est ce que montre une étude publiée dans Nature Food le 7 avril 2022 par AgroParisTech et l’Inrae.

Pour satisfaire ses besoins en alimentation animale, l’Europe importe plus de 80% de ses besoins, principalement en provenance des États-Unis et du Brésil. Sur les 157 millions d’ha de superficies agricoles que compte l’UE 27, la culture du soja ne représente que 0,6% de la SAU (source: Commission européenne). Les auteurs de l’étude citée indiquent que la culture du soja présente de nombreux avantages, à la fois économiques et environnementaux (fixation de l’azote). La réduction de notre indépendance aux importations pourrait aussi diminuer le coût et l’impact environnemental qui leur sont liés. C’est la raison pour laquelle ils se sont interrogés sur la faisabilité d’une certaine souveraineté et si le changement climatique pourrait favoriser ou défavoriser cette culture au cours de prochaines années. Sur la base d’une approche de modélisation, ils ont réalisé des projections de rendements selon différents scénarios de surfaces et de conditions climatiques présentes ou futures.

Les surfaces agricoles favorables à la culture du soja vont augmenter

Les résultats indiquent dans un premier temps que les surfaces agricoles favorables à la culture du soja sont beaucoup plus élevées que la superficie cultivée actuellement. Les projections indiquent que, dans les conditions actuelles, le rendement moyen de 2 t/ha pourrait augmenter de 0,4 à 0,6 tonnes de 2050 à 2090. Les projections montrent aussi que le déplacement des aires les plus productives du sud du continent vers le nord et l’est sera possible avec le changement climatique. Ainsi, l’autosuffisance en soja (à besoin constant) de 50% à 100% serait atteignable sous les climats futurs, à condition de réserver 4 à 11% des terres cultivées à la culture du soja sur le continent européen. Par ailleurs, les auteurs de l’étude précisent qu’en supposant que le soja ne bénéficie d’aucune fertilisation, cette hausse de surfaces permettrait de réduire l’usage des engrais azotés de 4 à 17%.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Culture Légumière
  • TCS
  • Viti Leaders