Imprimer
Commentaires
Mas seeds

Iran: les entreprises françaises dans l'incertitude

Publié le 21/08/2018 - 10:27

Iran: les entreprises françaises dans l'incertitude. © Borna_Mir/Fotolia

L’Iran est un pays qui attise les convoitises sur le plan commercial par sa démographie, 81 millions d’habitants, et attire les regards sur le plan géopolitique. Dans cette région du monde, le Moyen-Orient, l’équilibre reste extrêmement fragile. Toutefois depuis l’ouverture du pays en 2015 et l’accord sur le nucléaire, des partenariats ont pu voir le jour entre les filières agricoles françaises et l’Iran. Mais avec la décision de Donald Trump de sortir de l'accord sur le nucléaire, les cartes sont rebattues, d'autant que Washington est prête à sanctionner ceux qui voudraient continuer de travailler avec Téheran. Frédéric Faivre et Gilles Besson, responsables de la zone Afrique Moyen-Orient Mas seeds ne cachent pas leur inquiétude.

« La présence de Mas seeds sur l’Iran remonte à quelques années, notamment en maïs et tournesol. Nous sommes revenus après 2015 et la fin de l’embargo. Nous faisions d’ailleurs partis de la délégation française en septembre 2015, à l’initiative du Medef, afin de reconstruire les relations entre nos deux pays. Cela a en effet permis de renforcer notre présence, sous la forme d’expérimentations avec des partenaires locaux. C’est un pays avec un fort potentiel pour des espèces comme le maïs, le tournesol mais aussi le colza d’hiver. En effet, l’ambition pour le pays est de développer les surfaces cultivées sur ces espèces, avec en plus des enjeux agronomiques pour lesquels notre génétique peut apporter des solutions.

Depuis 2015, l’espoir était de mise, les partenariats envisageables, mais le contexte restait compliqué pour envisager des activités commerciales significatives, et notamment le rapport aux partenaires bancaires. En effet, malgré la détente suite à l’accord sur le nucléaire en 2015, très peu d’acteurs bancaires se sont lancés à réaliser des transactions au pays des Mollahs de peur des représailles de Washington. Aucune grande banque internationale ne souhaitait se risquer à recevoir des paiements en provenance d’Iran, ou prendre le risque de travailler avec des organisations susceptibles d’être dans le viseur américain, même sur les denrées agricoles. C’est la raison pour laquelle l’accord sur le nucléaire de 2015 n’a pas constitué une révolution pour les semenciers tricolores, quand bien même l’espoir pouvait être permis.

Avec la dernière décision de Donald Trump, on considère que la tâche sera encore plus grande. Nous sommes un groupe coopératif avec différentes filiales, dont certaines font du commerce avec les Américains. Donc il faut veiller à ne pas pénaliser nos autres activités par ailleurs. Enfin, aujourd’hui on constate que certains pays asiatiques s’implantent et se développent avec moins de difficultés que les pays européens. Depuis quelques années, Mas seeds est en phase de recherche et développement sur l’Iran et de validation de nos variétés sur la région. La décision américaine ne nous permet pas aujourd’hui d’envisager d’aller au-delà, même si pour l’instant, on perçoit seulement la teneur de la menace, mais on attend encore des éléments concrets ».

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders