Imprimer
Commentaires
Marchés

Campagne record sur le port de Rouen

Publié le 12/01/2021 - 15:26

Le groupe Sénalia, qui exploite les terminaux portuaires céréaliers et agro-industriels sur le port de Rouen, signe une très bonne campagne 2019-2020, et ce malgré un contexte inédit : incendie de Lubrizol en septembre 2019, mouvements sociaux en décembre 2019 et janvier 2020, et enfin la crise sanitaire. "Nous avons réalisé une année record en volumes, les ratios financiers sont très bons et, au-delà, je veux retenir l’immense solidarité de toute la filière dans une année inédite", résume Gilles Kindelberger, directeur général du groupe, et de poursuivre : "La crise a mis l'agriculture sur le devant de la scène. Alors que plus personne ne se posait la question de savoir comment étaient achalandés nos étals, la crise nous a rappelé que pour manger, il faut des agriculteurs pour produire. Au-delà de nos frontières, les pays acheteurs se sont inquiétés de savoir si leurs fournisseurs traditionnels allaient pouvoir charger les navires, mais nous avons relevé ces défis grâce à la mobilisation et la solidarité de tous les acteurs de la filière."

Au global, Sénalia a manutentionné 8,1 millions de tonnes de marchandises pour une valeur de 2,5 milliards d’euros. La campagne est marquée par un tonnage record de céréales, à 5,3 millions de tonnes, en hausse de 30 % par rapport à la campagne précédente. "Nous enregistrons une forte progression des expéditions d’orges (+ 68 %) et l’activité orge de brasserie se renforce d’année en année avec un volume qui a doublé sur cette campagne à 550 000 tonnes", commente Gilles Kindelberger.

Le port de Rouen confirme son leadership sur les exportations de céréales françaises. Pour la campagne 2019-2020, près de 17 % des exportations de blé et 20 % des exportations d’orge.

Concernant la campagne en cours, compte tenu de la mauvaise récolte en volumes en 2020, il est fort probable que les volumes à traiter, notamment en céréales, soient moins importants. "Il est vrai que notre activité est nécessairement dépendante des volumes produits, c’est la raison pour laquelle il faut poursuivre notre développement sur les activités de diversification pour asseoir les charges fixes. Toutefois, après six mois de campagne, grâce à la forte demande chinoise, l’activité est bonne. Est-ce que cela va s’arrêter faute de disponibilité dans les prochains mois ? Difficile de le prévoir", conclut le directeur.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders