Imprimer
Commentaires
Glyphosate

L’Anses publie ses dernières conclusions sur l’usage et les alternatives au glyphosate

Publié le 12/10/2020 - 11:27

L’Anses publie ses dernières conclusions sur l’usage et les alternatives au glyphosate. © Vitalii Vodolazskyi/Adobe Stock

Dans le cadre du plan de sortie du glyphosate, sur la base d’une évaluation lancée par l’Anses en 2018, l’agence a publié ses conclusions le 9 octobre 2020. L’usage du glyphosate est désormais restreint aux situations où il n’est pas substituable à court terme. Ces restrictions seront donc désormais considérées pour délivrer des AMM pour les produits à base de glyphosate. Cette évaluation porte sur les productions suivantes : viticulture, arboriculture fruitière, grandes cultures et forêt. L’Anses s’est appuyé sur 3 rapports de l’Inrae, ainsi que sur des informations émanant de l’ONF et du Centre national de la propriété forestière pour ce qui concerne la forêt.

Concernant les grandes cultures, l’Anses identifie comme impasse la destruction des plantes vivaces difficiles à éliminer ainsi que l’agriculture de conservation des sols. En dehors de ces impasses, l’Anses préconise :

 

  • une interdiction d’utilisation lorsque la parcelle a été labourée entre 2 cultures;
  • une autorisation dans les situations de luttes obligatoires autorisées;
  • une restriction de la dose annuelle maximale à 1080 g/an/ha, soit une réduction de 60% par rapport à la dose maximale annuelle autorisée.

 

L’AGPB (association spécialisée de la FNSEA représentant les producteurs de blé) a réagi à ces conclusions. Elle salue le maintien de certaines utilisations, même à dose réduite, notamment pour les systèmes sans labour. Toutefois, elle note que ces recommandations auront un impact économique considérable pour les céréaliers. « Aux pertes de rendements, surcoûts de main-d’œuvre, achat et utilisation de matériel spécifique, augmentation des charges, vient s’ajouter le coût de la distorsion de concurrence avec les autres pays européens ainsi que les produits importés qui, eux, ne sont soumis à aucune restriction. »

 

Ainsi l’AGPB demande que le Gouvernement assume les conséquences des futures mesures de restrictions, par des mesures d’accompagnement économiques, notamment à travers le plan de relance.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders