Imprimer
Commentaires
Réglementation

Changement de classement toxicologique pour le métaldéhyde

Publié le 01/09/2020 - 17:57

Changement de classement toxicologique pour le métaldéhyde. © De Sangosse

Employé depuis très longtemps par les agriculteurs, le métaldéhyde était jusqu’à présent sans classement. Il évolue et passe en catégorie cancérogène, mutagène et toxique pour la reproduction.

Les conditions de stockage des produits contenant 3% de métaldéhyde et plus vont changer à partir du 1er octobre 2021 pour les agriculteurs. Au-delà de cette concentration, cet antilimace est désormais désigné par l’Agence européenne des produits chimiques (Écha) comme reprotoxique de catégorie 2, mention de danger H361f c’est-à-dire susceptible de nuire à la fertilité.  Il entre donc dans la catégorie des CMR (cancérogènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction) de niveau 2 depuis l’adoption du 14e ATP (Adaptation au progrès technique) le 4 octobre 2019 et publié au Journal officiel le 18 février 2020. Ce changement est entré en vigueur le 9 mars 2020.  Les fournisseurs ont 18 mois, c’est-à-dire jusqu’au 1er octobre 2021, pour adopter cette nouvelle mesure. Avant ce changement, ces produits étaient sans classement. Or souvent avec des achats antilimaces par palette entière, tout comme le distributeur, l’agriculteur pourra être amené à modifier ces locaux de stockage de produits phytosanitaires pour respecter la réglementation.

 

Un stockage désormais plus drastique

Jusqu’à présent, pratiquement tous les produits à base de métaldéhyde étaient stockés dans des locaux pour produits phytosanitaires sans consignes particulières. Désormais, ils devront être stockés sur étagère dans les locaux pour produits phytosanitaires fermés à clé, séparés des autres produits CMR et identifiés. Et autre changement, ces produits à plus de 3% de métaldéhyde vont être sujets à la RPD (Redevance pollution diffuse). Selon Pierre Olçomendy, chef marché antilimace France pour De Sangosse, la RPD serait estimée pour 2021 à environ à 9 euros/kg de substance active. À raison d’une concentration de 5%, le métaldéhyde coûterait 45 cts/kg de redevance pour l’agriculteur soit 1,80 euro/ha s’il l’utilise à raison de 4 kg/ha. Ce qui n’est pas négligeable. Le phosphate ferrique aujourd’hui reste la seule alternative au métaldéhyde. Mais le coût de revient de cette solution est plus cher. Les fournisseurs sont en train de s’adapter. 

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders