Imprimer
Commentaires
Tournesol

Ne pas attendre pour récolter

Publié le 18/07/2016 - 12:30

N. Chemineau/Pixel image
Une récolte trop tardive des tournesols peut engendrer des pertes à la fois directes et indirectes au niveau du rendement, et donc de la rémunération. Claire Martin Monjaret, ingénieur régional de développement en Midi-Pyrénées au sein de Terres Inovia, précise :

Plus on avance dans l’automne, plus il sera difficile d’atteindre le taux d’humidité de 9% au-dessus duquel les organismes stockeurs appliquent des frais de séchage. Même si l’automne est favorable et ensoleillé. Aussi sèches que soient les journées, l’humidité nocturne est telle que les grains ne perdent quasiment plus d’humidité. Plus on tarde à récolter, plus le besoin de séchage sera conséquent.

Dans cet objectif, la date de semis et la précocité de la variété choisie doivent être adaptées au secteur. La densité de peuplement aussi. Une densité trop faible induit des capitules plus gros qui demanderont plus de temps pour sécher. Ce qui décalera d’autant la date de récolte.

Pour la récolte, il faut attendre que l’humidité chute entre 9 et 11%. Ce moment se caractérise par plusieurs phénomènes, comme l’indique l’ingénieur régional de développement :

Le dos du capitule vire du jaune au brun. Les feuilles de la base et du milieu de la tige sont sèches. Quelques feuilles hautes sont encore un peu vertes. Les fleurons tombent d’eux-mêmes. La tige devient beige clair.

Cultivar entre plus dans les détails de la récolte du tournesol dans son numéro de juillet/août 2016. Les risques d’une surmaturité sont particulièrement évoqués dans la rubrique « Technique ».

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders