Imprimer
Commentaires
Diversification

Le lin jaune : une niche qui pourrait grandir

Publié le 26/06/2017 - 14:38

Avec seulement une centaine d’hectares en France en 2017, le lin jaune d’hiver est en phase test, notamment à la coopérative Cavac de Villejésus (Charentes). Préféré au lin brun dans la fabrication de farines pour l’alimentation humaine, il pourrait gagner du terrain progressivement. L’objectif est de valider les premières variétés sur leur conduite technique et leur rentabilité pour les producteurs au travers de contrats.

Pains, croissants, brioches, pâtes à tarte. Autant de préparations où l’on peut incorporer de la farine au lin Bleu-Blanc-Cœur pour apporter des Oméga 3 et gagner sur le moelleux, l’hydratation ou la conservation de la pâte, indique Valorex sur son site Internet. Le problème avec les graines de lin brun, ce sont les pigments noirs dans la farine. D’où l’intérêt d’employer du lin jaune, explique Thierry Hache, courtier de marchandise assermenté en semences et grains :

La variété de lin oléagineux jaune de printemps Lutéa est la variété de référence de la filière Bleu-Blanc-Cœur, mais la moyenne de ses rendements sur 5 ans est inférieure de 30% aux lins bruns de printemps. Ingot est la variété de référence qualité pour l’export dans le cadre de la démarche Grainoble® mais son aire de culture est limitée car tardive.

Réduire l'écart de rendement avec le lin brun

En lançant le lin jaune d'hiver, l’objectif est de réduire l'écart de rendement avec le lin brun pour proposer aux industriels, dont l’usine Vaizgantho de Valorex, une graine plus compétitive en prix tout en gardant une teneur en Oméga 3 élevée. Premier lin jaune d’hiver du marché européen, la variété Orival, du semencier Laboulet, a été implantée sur une centaine d’hectares en France pour la campagne 2016-2017. Une deuxième variété, du GIE Linéa Semences, Clédor, a été inscrite au catalogue 2017.

Le développement d’Orival se fait au travers d’un contrat Grainoble® sur trois ans, qui implique le semencier, l’organisme stockeur et l’industriel, détaille Thierry Hache, à l’origine du contrat. Dans le cadre de la coopérative partenaire Cavac, le prix équivaut au prix d’achat du lin brun, majoré d’une prime de 90 euros/t, prime qui peut être revue à la hausse, mais non à la baisse, durant les trois ans.

Beauce, Berry et Charente

La centaine d’hectares d’Orival sous contrat Grainoble® se répartit entre Beauce, Berry et Charente, sous contrat avec deux négociants pour le Centre, et la coopérative Cavac de Villejésus pour la Charente. Deux hectares de lin jaune ont été implantés fin septembre sur le secteur de la Cavac. Le lin brun a été introduit sur la coopérative depuis 5 ans (50 ha en 2017). Bruno Barreau, technicien à la Cavac explique :

Notre coopérative de 120 adhérents est portée par les cultures de diversification à valeur ajoutée : lentilles vertes, tournesol strié pour l’oisellerie, pois d’hiver, pois chiche, ou lin. L’irrigation devient un enjeu majeur sur les terres de groie à faible potentiel hydrique, et les surfaces de maïs et de blé reculent au profit de nouvelles espèces moins gourmandes en eau et mieux valorisées.

dsc_9411.jpg
Johann Gasseling (à gauche) produit du lin à Charmé (Charente). Bruno Barreau, technicien à la Cavac de Villejésus, teste en 2017 la culture de lin jaune d’hiver.

 

Retrouvez l’article complet dans le numéro de juin 2017 de Cultivar.

Ajouter un commentaire

Pour ajouter un commentaire, identifiez-vous ou créez un compte.

Produits à comparer

Nos publications

  • Circuits Culture
  • Cultivar Élevage
  • Relations Culture
  • TCS
  • Viti Leaders